Gestion

Une documentation solide pour réussir

Dans les projets de développement régional (PDR), l’étude préliminaire constitue la base des examens plus approfondis réalisés durant l’étape de documentation. Les projets partiels sont planifiés en détail, les porteurs de projet constitués et le financement du PDR défini. La devise : créer ensemble les bases de la réussite du projet.

PDR

Producteurs, transformateurs et commerçants se sont unis dans le cadre du PDR « 100 % (bio) Valposchiavo » pour développer la chaîne de valeur des produits locaux et élaborer un concept commercial intégré. 

(Valposchiavo Turismo)

Publié le

Économiste agricole, Flury&Giuliani GmbH

Flury&Giuliani GmbH

Dans le cycle des projets de développement régional (PDR), l’étape de la documentation est une étape clé pour une mise en œuvre réussie. Les travaux y sont nombreux et très différents en fonction du projet : les projets partiels doivent être élaborés en détail, les éventuelles constructions planifiées, les business plans établis et le potentiel de création de valeur et la rentabilité examinés en profondeur. Il faut en outre constituer et organiser le porteur de projet.

Il y a également lieu de conclure des accords entre les acteurs de la filière et de procéder à des analyses en matière d’aménagement du territoire et de politique régionale. Tout cela prend du temps, comme le confirme l’évaluation intermédiaire des PDR. En moyenne, la phase documentaire dure deux ans, mais elle peut varier considérablement, de quelques mois à plusieurs années.

Objectif : créer de la valeur

La phase documentaire du projet « 100 % (bio) Valposchiavo » s’est terminée en 2019, au terme de travaux intensifs. Le projet vise à maximiser le nombre de chaînes de valeur en circuit fermé dans la vallée. Dans un avenir proche, la part des produits biologiques doit atteindre 100 %. Pour ce faire, la totalité de la chaîne de valeur agricole doit se convertir à la production biologique. Ce « radicalisme » est facile à concrétiser en raison du fort pourcentage d’exploitations biologiques et de filières agroalimentaires intactes.

Le Valposchiavo présente ainsi des caractéristiques difficiles à reproduire : une culture culinaire à la fois méridionale et septentrionale, une production biologique couvrant l’ensemble du territoire et un paysage diversifié.

Etape de la documentation

Une fois l’étude préliminaire terminée (voir Revue UFA 1 / 2020), commence le travail de détail d’un PDR. L’étude documentaire vise à approfondir et à concrétiser divers aspects. On sait d’expérience qu’il vaut la peine de structurer les différents travaux et de les échelonner dans le temps.

Immédiatement après le début de l’étape documentaire, trois aspects centraux peuvent être abordés simultanément : 

  • Architectes, ingénieurs et techniciens réalisent la planification et les calculs relatifs aux idées développées durant l’étude préliminaire. Les coûts doivent être estimés le plus précisément possible. Le cas échéant, des plans utilisables pour la procédure de demande de permis de construire sont dessinés. 
  • Les esquisses de business plans doivent être détaillées et transformées en plans réalistes et solides. Les coûts précis des investissements et les coûts du financement y sont intégrés au fur et à mesure. 
  • Un projet d’ensemble doit être composé à partir des nombreux projets partiels possédant une base commune, chaque élément jouant un rôle précis et devant exercer un effet de synergie.

Au fur et à mesure de l’avancement des opérations, des travaux de consolidation doivent être entrepris : 

  • Avec les plans de réalisation disponibles, les porteurs de projet peuvent se lancer dans la procédure de demande de permis de construire. L’expérience montre que de telles procédures sont rarement une simple formalité et qu’il vaut mieux déceler les pierres d’achoppement le plus tôt possible. 
  • Une autre étape progressive est le bouclement des business plans et la clarification du financement, qui sont interdépendants. Les business plans ne peuvent être parachevés qu’une fois le financement clairement défini. 
  • Elément important, il reste encore à définir la structure organisationnelle (gouvernance) du PDR et à organiser sa mise en place. Cela passe par la création d’une association et la conclusion de contrats et d’accords.

Informations supplémentaires: Evaluation, guide et directives PDR sur www.ofag.admin.ch

Une transition exigeante

Le démarrage de l’étape de documentation est souvent difficile. Une fois l’étude préliminaire terminée et le dossier évalué positivement par l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG), les travaux de planification du PDR peuvent se poursuivre. Le porteur de projet dépose une demande de réalisation de l’étape documentaire auprès du canton et commence les travaux après avoir reçu les décisions de financement du canton et de la Confédération. C’est en soi très simple. Mais l’expérience montre que la transition entre l’étude préliminaire et l’étape de documentation constitue un défi à ne pas sous-estimer. En effet, les acteurs ayant participé à l’étude préliminaire n’ont souvent plus l’énergie ou les capacités pour poursuivre immédiatement le processus. Il existe donc un risque d’abandon ou au moins d’interruption. L’évaluation intermédiaire des PDR le montre : en moyenne, six mois s’écoulent entre la fin de l’étude préliminaire et la confirmation de la réalisation de l’étape de documentation, mais c’est parfois beaucoup plus. Dans certains cas, le projet est même abandonné.

100 % (bio) Valposchiavo

Avec « 100 % (bio) Valposchiavo », les produits sont en grande partie transformés directement sur place.

(Valposchiavo Turismo)

Collaboration intersectorielle

Pour favoriser la réussite du PDR, il est crucial à l’étape documentaire de déterminer les éléments communs du projet et de mettre en place une collaboration intersectorielle. Le PDR « 100 % (bio) Valposchiavo » le montre parfaitement : les restaurants qui participent au projet ne se sont pas engagés vis-à-vis de l’agriculture, mais plutôt les uns envers les autres. Au fil de l’année, ils proposent chacun trois plats composés en totalité de produits de la vallée. « Cela a été le signal décisif pour les agriculteurs et les transformateurs locaux en vue du développement d’un vaste assortiment de produits », explique Annina Raselli, présidente de l’association 100 % (bio) Valposchiavo. Kaspar Howald, directeur de Valposchiavo Turismo complète : « La collaboration entre les différents secteurs a débouché sur la création de produits innovants. » Le PDR a ainsi été à la base de la rénovation et de l’agrandissement des infrastructures de transformation dans la vallée, et partant de l’amélioration de la qualité des produits.

Cofinancement public

L’étape documentaire est cofinancée par la Confédération et les cantons au titre des améliorations structurelles. On part généralement de l’idée qu’environ 70 % des coûts sont ainsi couverts. Le reste incombe au porteur de projet, via ses fonds propres, le soutien des communes ou les contributions de tiers tels que fondations ou entreprises. Les dépenses liées à l’étape documentaire d’un grand PDR peuvent atteindre jusqu’à 400 000 francs, et les porteurs de projet peuvent être tenus d’apporter jusqu’à 100 000 francs. 

Offres lecteurs

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres exclusives pour les lecteurs.

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.

  • Les cookies nécessaires permettent d'activer les fonctionnalités de base. Le site web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies, et ne peut être désactivé qu'en modifiant les préférences de votre navigateur.