category icon

Gestion

Le marché a besoin de spécialistes

En suivant une formation ES d’agrotechnicien ou d’agro-commerçant, les agricultrices et les agriculteurs acquièrent des bases théoriques solides et axées sur la pratique. Et cela en vaut la peine, car l’agriculture et les secteurs qui sont situés en amont et en aval manquent toujours de spécialistes.

Danaé Perrin et Justine Chèvre, toutes deux agro-commerçantes, occupent des postes-clés du secteur Agro de LANDI Moudon-Ber-cher-M&#...

Danaé Perrin et Justine Chèvre, toutes deux agro-commerçantes, occupent des postes-clés du secteur Agro de LANDI Moudon-Ber-cher-Mézières.

Publié le

Actualisé le

Responsable de la communication, mooh société coopérative

Les formations ES

Le secteur agricole a besoin de spécialistes. En suivant une formation ES d’agrotechnicien ou d’agro-commerçant, les jeunes agriculteurs acquièrent les outils dont ils ont besoin. « Les agro-commerçants jouent un rôle essentiel dans notre entreprise: ils ont suivi une formation agricole pratique et acquièrent, dans le cadre de leur formation ES, de bonnes connaissances dans le domaine de l’économie, du commerce et des marchés agricoles », explique Bertrand Gumy, directeur de LANDI Moudon-Bercher-Mézières. Beat Schmidiger, responsable de la région Suisse centrale chez Anicom SA, engage lui aussi volontiers des diplômés ES: « Ils sont des conseillers techniques compétents, parce qu’ils sont capables de combiner la théorie et la pratique et parce qu’ils parlent la langue de nos clients. »

Quelle formation choisir?

Les formations ES d’agro-commerçant et d’agrotechnicien s’adressent à des personnes souhaitant occuper des fonctions exigeantes dans une entreprise située en amont ou en aval de la chaîne de valeur agricole. Les LANDI et d’autres entreprises, comme Anicom ou UFA par exemple, proposent aussi des postes à responsablité. Ces formations se distinguent par l’accent placé sur les aspects économiques pour la première et sur les aspects techniques pour la seconde. Les agro-commerçants bénéficient d’une formation approfondie dans les disciplines commerciales et économiques. Les agrotechniciens consacrent quant à eux beaucoup de temps aux aspects techniques, tant en production animale qu’en production végétale. Le volet économique est davantage ciblé sur l’analyse et la planification d’une entreprise.

Postes de travail intéressants

« Un diplômé ES pourra travailler dans les secteurs Agro, Energie ou dans les finances et le controlling, en fonction de ses intérêts et de ses points forts », explique Bertrand Gumy. A LANDI Moudon-Bercher-Mézières, les postes de responsable Agro et de responsable des ventes externes, deux postes-clés, sont occupés par Justine Chèvre et Danaé Perrin. Toutes deux avaient déjà travaillé à LANDI Moudon-Bercher-Mézières durant leur formation d’agro-commerçante.

« Chez nous, les diplômés ES exercent des responsabilités importantes. »

Beat Schmidiger, Anicom

Anicom engage des diplômés ES dans trois secteurs, à savoir dans la vente, la gestion de produit Bétail bovin et le commerce. Pour Beat Schmidiger, il est important que les diplômés bénéficient d’un niveau de compétence sociale élevé, qu’ils soient de bons négociateurs et qu’ils soient capables de s’imposer. En effet, chez Anicom, les diplômés ES sont quotidiennement en contact avec les clients et les acheteurs et ils ont des responsabilités importantes.

Formation continue

Les agro-commerçants et les agrotechniciens peuvent suivre une large palette de formations continues. En faisant preuve de la flexibilité nécessaire, ils ont de bonnes chances d’occuper des postes de cadres à responsabilité. Les personnes qui aiment les chiffres peuvent par exemple suivre une formation continue de comptable ou de contrôleur avec brevet fédéral (spécialiste en finances et en comptabilité). Les agro-commerçants ES peuvent opter pour la passerelle qui leur permet de suivre une formation post-grade dans une haute école spécialisée en économie (Bachelor of Business Administration) pour occuper des fonctions de cadre. Les diplômés qui ont des affinités avec le commerce peuvent suivre des formations dans le domaine des achats, de la vente ou dans le Key Account Gestion (gestion de la clientèle).

Les cursus CAS (Business Communication, Project Management & Re-Engineering, International Management, Gestion de l’environnement et Eco Economics ou Droit agricole) sont des alternatives attrayantes qui peuvent être suivies par les diplômés ES après étude de leur dossier.

Un atout

Selon Bertrand Gumy, la formation ES est toujours un atout, que le diplômé dispose d’une exploitation agricole ou non: « Dans tous les cas de figure, cette formation représente un atout dans le vaste domaine qu’est le secteur Agro. » 

Auteure   Gabriela Küng, Revue UFA, 8401 Winterthour

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.