category icon

Gestion

Une combinaison des compétences idéale

Les services régionaux d’Agrisano sont affiliés aux chambres d’agricultures cantonales et proposent un conseil global en assurances. Pourquoi cette solution est-elle judicieuse et quels sont les avantages pour les familles paysannes ?

Marco Käppeli, responsable du conseil en assurances auprès 


de la Chambre argovienne d’agriculture. 

Marco Käppeli, responsable du conseil en assurances auprès  de la Chambre argovienne d’agriculture. 

Publié le

Actualisé le

Responsable de la communication, mooh société coopérative

Services de conseil

Que doit faire un agriculteur lorsqu’un incendie survient sur son exploitation ? « Prendre contact avec sa chambre d’agriculture régionale », répond Marco Käppeli, responsable du secteur conseil en assurances auprès de la chambre cantonale d’agriculture du canton d’Argovie (BVA). Les conseillers en assurances régionaux soutiennent les familles paysannes qui sont victimes d’un sinistre. Cela signifie qu’ils les conseillent sur les formulaires à remplir, qu’ils leurs expliquent où trouver et envoyer les formulaires concernés ou qu’ils leur envoient ces documents et les aident à les remplir. Le service de conseil en assurances de la chambre d’agriculture du canton d’Argovie collabore avec Agrisano et avec emmental assurance, qui sont ses partenaires. « En cas de sinistre, nous assurons un service complet. La clientèle s’attend à un tel soutien et nous proposons cette prestation », explique Marco Käppeli.

Services régionaux

Le conseil en assurances d’Agrisano est effectué par les agences régionales de conseil en assurances, qui sont elles-mêmes affiliées aux chambres d’agriculture cantonales (voir tableau). Cette solution est judicieuse, car les conseillers régionaux connaissent bien leurs clients. « Nous constatons que les agriculteurs n’ont pratiquement pas le temps de se faire conseiller pour les assurances. Ce n’est d’ailleurs pas leur thème de prédilection et c’est précisément pour cette raison qu’une bonne relation clientèle est primordiale », explique Marco Käppeli. Avec son conseil global en assurances, la BVA propose un paquet global. Cela simplifie la tâche des agriculteurs, qui n’ont plus qu’un seul interlocuteur. Le conseil est par ailleurs gratuit. Marco Käppeli estime qu’un autre facteur a beaucoup d’importance: dans le cadre du conseil global en assurances, l’objectif prioritaire ne consiste pas à vendre une nouvelle assurance mais à analyser la situation actuelle. Il s’agit d’étudier si la couverture d’assurance est lacunaire, voire s’il n’y a pas de cumul d’assurances pour un même risque.

Contact avec la clientèle

Les conseillers en assurances de la chambre d’agriculture du canton d’Argovie vérifient régulièrement les assurances de leur clientèle, c’est-àdire les agricultrices et les agriculteurs. A cet effet, ils adressent tous les cinq ans environ un courrier à leurs membres et les informent qu’un conseiller va les contacter. « Les feedbacks que nous recevons sont très positifs », explique Marco Käppeli. Il s’agit de vérifier si tout est bien en ordre. « En fait, l’expérience montre qu’il y a toujours quelque chose à modifier », précise Marco Käppeli.

Les assurés peuvent bien entendu s’annoncer d’eux-mêmes en cas de changements (investissements, reprise d’exploitation, mariage, divorce ou naissance d’un enfant), car ces événements induisent des modifications importantes au niveau de la situation en matière de prévoyance.

Parler la langue des agriculteurs

Outre sa fonction de responsable du service de conseil en assurances de la chambre d’agriculture du canton d’Argovie, Marco Käppeli gère une exploitation agricole de 12 ha à Merenschwand (AG). Il estime que son travail de conseiller en assurances est un complément idéal à son activité d’agriculteur: « Lorsque la météo est favorable, les agriculteurs sont occupés sur leur exploitation et n’ont pas le temps pour moi, ce qui me permet de m’occuper à mon tour de mon domaine », explique-t-il. Le fait qu’il soit issu du milieu agricole est un avantage indéniable. Etant lui-même agriculteur, il parle la même langue que ses clients et comprend par conséquent parfaitement leurs problèmes et leurs attentes. « La plupart du temps, nous parlons agriculture avant de nous plonger dans les questions d’assurances », explique le conseiller en assurances avec un sourire. Selon lui, la clientèle apprécie beaucoup le fait que ses conseillers soient issus du milieu agricole. Les nouveaux conseillers en assurances doivent d’ailleurs eux aussi disposer d’un certain niveau de connaissances sur l’agriculture. « C’est notre grande force: nos connaissances s’étendent à la fois à l’agriculture et aux assurances. La combinaison de ces compétences nous aide à conseiller les agricultrices et les agriculteurs de façon optimale », affirme Marco Käppeli.

Un paquet global

Les agences de conseil en assurances régionales collaborent avec Agrisano et emmental assurance, ce qui leur permet de proposer aux familles paysannes les prestations nécessaires en matière d’assurances. Agrisano propose des prestations qui s’étendent des assurances-maladie à la prévoyance professionnelle en passant par les assurances indemnités journalières et les assurances pour le personnel. Emmental assurance propose pour sa part des assurances choses et de patrimoine. 

Auteure   Gabriela Küng, Revue UFA, 8401 Winterthour

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.