category icon

Gestion

Une exploitation, deux affaires

Au premier coup d’œil, rien ne distingue cette ferme de Ramsen (SH) d’autres exploitations et entreprises de travaux agricoles. Cependant, le couple Brütsch n’y travaille pas, comme souvent, en versant tout dans la même caisse. Ils gèrent en effet le magasin à la ferme et l’activité agricole comme des affaires séparées, indépendantes.

Pendant que Hansjörg Brütsch boulonne ou moissonne, son épouse Barbara cuit du pain pour son magasin à la ferme ou travaille à l’extérieur. Chacun gagne...

Pendant que Hansjörg Brütsch boulonne ou moissonne, son épouse Barbara cuit du pain pour son magasin à la ferme ou travaille à l’extérieur. Chacun gagne ainsi son propre argent, tout en collaborant étroitement sur l’exploitation.

(Photo: Stefan Gantenbein)

Publié le

Actualisé le

Agriexpert

La famille Brütsch vit dans le Bibertal schaffhousois, à Ramsen, dans un paysage agricole cerné par la frontière allemande. Ils y possèdent depuis plusieurs générations une exploitation doublée d’une entreprise de travaux agricoles. En deuxième formation professionnelle, Hansjörg Brütsch a obtenu son diplôme de maître-agriculteur ; il a ensuite décidé de marcher dans les pas de son père et de son grand-père. Auparavant, il avait œuvré durant longtemps comme suppléant du chef d’atelier d’un garage de machines agricoles. Sa décision a été déterminante pour l’orientation stratégique et économique de l’entreprise paternelle et son développement. Dès le début, en 2016, il fut décidé qu’elle serait dirigée en communauté de générations (CG) et complétée par une halle d’engraissement de poulets.

Qualité de vie grâce au temps libre

Le mode d’exploitation choisi comme préa lable à la remise du domaine a permis à ses deux principaux partenaires, Werner (63 ans) et Hansjörg (39 ans), de partager les responsabilités, mais aussi les profits et les risques.

 « Il est vraiment important de pouvoir aussi profiter du temps libre avec sa famille et ses amis. »

Hansjörg Brütsch, agriculteur

De même, il a favorisé l’organisation des absences en fin de semaine. « Il est vraiment important de pouvoir aussi profiter du temps libre avec sa famille et ses amis, même s’il faut parfois laisser tomber un travail en cours », déclare ainsi Hansjörg, qui a épousé Barbara (34 ans) à l’automne 2021. Le temps passé en famille hors de la ferme est devenu encore plus précieux depuis la naissance de leur fille, Amélie, en février dernier. « Ce temps libre nous apporte tellement, que nous pouvons y puiser beaucoup de joie de vivre et d’énergie », se réjouit Barbara Brütsch.

Depuis la reprise du domaine, en 2021, c’est Hansjörg qui en assume la responsabilité. Ses parents sont engagés comme employés et soutiennent vigoureusement la jeune famille d’exploitants. L’entreprise est consacrée aux grandes cultures et à l’engraissement des poulets. Il faut y ajouter des chèvres et des poules pondeuses. Sur les quelque 20 ha de son domaine, Hansjörg Brütsch cultive de la betterave sucrière et des céréales fourragères, du blé et du fourrage. Les travaux agricoles pour des tiers sont un autre pilier de l’entreprise. La famille Brütsch avait acheté sa première moissonneuse-batteuse autotractée il y a précisément 70 ans. Hansjörg poursuit cette tradition avec passion. Il propose tous les travaux, du travail du sol à la récolte. D’abord formé comme mécanicien sur machines agricoles, il effectue par ailleurs tous les travaux de réparation et de maintenance dans l’atelier du domaine.

Un conseiller franc du collier

Lors de la remise du domaine, la pierre d’achoppement a été le logement et la situation financière de toutes les personnes concernées. Une base de décision a été élaborée avec l’aide d’un vulgarisateur pour définir des solutions adaptées à la famille.

« Il est important de faire intervenir un conseiller qui communique ouvertement. »

Hansjörg Brütsch, agriculteur

Les Brütsch recommandent d’ailleurs cette manière de procéder à leurs collègues sur le point de reprendre un domaine : « Il est important de faire intervenir un conseiller qui communique ouvertement. Cela permet d’élaborer des solutions communes. » Par ailleurs, une bonne culture de la communication est indispensable aussi après la reprise, pour que la collaboration et la cohabitation à la ferme se passent bien, ajoute Hansjörg. C’est d’ailleurs ce qui a permis aux Brütsch de trouver de bonnes solutions concernant le logement.

Un mariage, pas un sacrifice

Barbara, la femme de Hansjörg, avait déjà rejoint la ferme avant la reprise du domaine. Boulangère-confiseuse diplômée, elle a grandi dans une ferme de l’Oberland zurichois et principalement travaillé à l’extérieur.

« J’ai toujours voulu gagner mon propre argent, afin d’être indépendante »

Barbara Brütsch, paysanne

« J’ai toujours voulu gagner mon propre argent, afin d’être financièrement indépendante et de gérer ma vie comme je l’entends », précise-t-elle. Travaillant dans une fromagerie, elle a toujours eu le désir de gérer un magasin à la ferme. C’est chose faite depuis 2018. Mais contrairement à ce que pratiquent d’autres agriculteurs·trices, les Brütsch ont complètement séparé la vente directe du reste de l’exploitation agricole. Ainsi, Barbara gère le magasin comme indépendante, pour son propre compte. C’était un impératif important à respecter pour le couple d’exploitants : chaque conjoint doit avoir son propre secteur d’activité et être rétribué en conséquence. Grâce à cette organisation, ils disposent aussi chacun de leur propre couverture financière et d’assurance.

Indépendants mais ensemble

La reprise du domaine et le mariage n’ont rien changé à ce principe. « La reprise du domaine a toujours été l’affaire de Hansjörg et de mes beaux-parents », explique Barbara, qui ajoute : « Comme c’est le domaine de mon mari, il doit prendre ses décisions luimême. » Il va de soi que chacun sait ce qui se passe chez l’autre et qu’ils se soutiennent mutuellement. Hansjörg aide donc à la production de pain et travaille le samedi au magasin. En contrepartie, Barbara effectue un certain nombre de travaux administratifs sur l’exploitation. De cette manière, chaque conjoint s’est donné la possibilité de travailler pour son propre compte, même s’il aide l’autre régulièrement.

Articles les plus lues

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.