L’OFEV rejette la demande de tir de régulation de deux jeunes loups

L’Office fédéral de l’environnement (OFEV) a rejeté la demande déposée par le canton des Grisons en vue de l’octroi d’une autorisation de tir concernant deux jeunes loups de la meute de Stagias. Les dégâts causés aux troupeaux d’animaux de rente sous protection se situent en deçà du seuil requis pour une intervention.

brianna-r-BTT5CpOi6mE-unsplash

Publié le

Le 3 septembre 2021, le canton des Grisons a déposé une demande auprès de l’OFEV portant sur la régulation de la meute de loups de Stagias. Après examen du dossier, l’OFEV a conclu que les critères posés à une intervention dans la meute ne sont pas satisfaits : les dégâts causés aux troupeaux d’animaux de rente sous protection se situent en dessous du seuil requis, à savoir dix animaux attaqués. En effet, les animaux de rente attaqués indiqués par le canton n’étaient pas tous protégés. S’appuyant sur la loi sur la chasse et l’ordonnance afférente, révisée mi-juillet 2021, l’OFEV a donc rejeté la demande.

Le canton peut faire recours contre la décision de l’OFEV auprès du Tribunal administratif fédéral.

Le 6 septembre 2021, l’OFEV a approuvé la demande de tir de régulation de trois jeunes loups de la meute du Beverin.

Les loups en Suisse

La Suisse compte actuellement entre 130 et 150 loups et au moins 13 meutes ; ces chiffres sont en augmentation. Le Conseil fédéral avait élaboré un projet de révision de la loi sur la chasse permettant de mieux réguler les effectifs croissants de loups et ainsi de répondre aux besoins des régions de montagne. Or le peuple suisse a refusé ce projet lors de la votation populaire du 27 septembre 2020. Il s’est de la sorte notamment exprimé contre les tirs de loups à titre préventif.

Le 30 juin 2021, le Conseil fédéral a adapté l’ordonnance sur la chasse au 15 juillet 2021 afin de tenir compte de la situation exigeante à laquelle doivent faire face les régions abritant des populations de loups en forte croissance. Le seuil à partir duquel les tirs de loups sont possibles a ainsi été nettement abaissé. Parallèlement, les conditions ont été améliorées pour renforcer la protection des troupeaux. Des mesures de protection efficaces permettent de réduire les attaques, mais il est impossible d’assurer une protection totale. En effet, le loup est capable d’apprendre à contourner les mesures mises en place et de se spécialiser dans les attaques d’animaux de rente.

Les compétences demeurent inchangées. Les décisions de tir concernant un individu provoquant des dommages peuvent être prises par les cantons. Si ces derniers souhaitent intervenir dans une meute, ils doivent demander l’approbation de l’OFEV.

Source: OFEV

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.