Seuls les poussins femelles vont éclore

Les deux couvoirs conventionnels suisses seront équipés de façon à ce qu‘à partir de fin 2023 le sexe des poussins soit déterminé dans l'oeuf, de sorte que seuls des poussins femelles puissent encore éclore. La solution de l’ensemble de la filière présentée par GalloSuisse en décembre 2021 a reçu un accueil généralement positif de tous les acteurs du marché. Les prochaines étapes de la mise en oeuvre ont été discutées et définies hier lors d'une table ronde. Dans un premier temps, une déclaration d'intention a été signée avec la société néerlandaise In Ovo. L'objectif est de régler les détails contractuels avec les deux couvoirs d'ici la fin de l'année afin que la machine Ella puisse être installé et mis en service dans les délais dans les nouveaux couvoirs dès la fin de l'année 2023.

IMG_4265
(Photo: Eva Studinger )

Publié le

«Avec cette solution, la filière suisse des oeufs montre qu’elle est capable de relever des défis complexes en collaboration avec tous les acteurs de la chaîne de valeur, jusqu’aux consommateurs. La durabilité et le bien-être des animaux sont pour tous la priorité numéro un», déclare Daniel Wuergler, président de GalloSuisse.

Une technologie fascinante

Au préalable, toutes les méthodes existantes ont été testées selon les critères de fiabilité, de précision, de coût et de faisabilité en Suisse. In Ovo est pour nous un partenaire qui remplit les critères nécessaires avec une technologie permettant de déterminer le sexe du poussin dans l'oeuf le 9e jour à l’aide d’un processus largement automatisé. Lors d'une visite aux Pays-Bas à la mimars, le groupe de travail a pu découvrir les différentes étapes du processus de la première machine. Chaque étape est une innovation technologique et In Ovo travaille actuellement sur la mise en service de ces étappes. Après les deux premières machines, d’autres devraient être construites en 2022 et mises en service dans des couvoirs.

Des conditions-cadre décisives

Il reste encore de nombreuses étapes avant la mise en oeuvre, chacune d'entre elles étant décisive dans des projets aussi complexes. D'ici la fin de l'année, l’utilisation de Ella dans un couvoir confirmera l’adéquation pratique et les performances de la détermination du sexe avec ce dispositif. Parallèlement, les deux couvoirs suisses doivent réaliser leurs investissements dans une période où les coûts connaissent une forte hausse. Outre les coûts, les incertitudes concernant la livraison de la technologie et des matériaux de construction constituent actuellement des défis majeurs. Le cadre légal de l'interruption du processus d'incubation mâles sera défini avec les autorités. Dernier élément, et non des moindres: l'abandon de la mise à mort des poussins mâles ne pourra être mis en oeuvre que si tous les partenaires supportent les coûts liés à la détermination du sexe dans l’oeuf via le prix des oeufs.

La filière des oeufs s’engage

Les représentantes et représentants de la filière, des couvoirs aux organisations de consommateurs en passant par les entreprises de commercialisation d'oeufs et le commerce de détail, surmontent désormais ensemble les derniers obstacles afin que le lancement du dispositif ait lieu comme prévu en janvier 2024.

Source: Association des producteurs d'oeufs suisses

Articles les plus lues

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.