category icon

Production animale

L’aide du vétérinaire: «Pourquoi ai-je autant de veaux mort-nés ? »

Je suis agriculteur et possède 15 vaches mères limousines. Chaque année, mon troupeau part à l’alpage de la mi-juin à la fin septembre. Malheureusement, l’année dernière, d’octobre à décembre, un seul veau est né vivant. Est-ce un manque de chance ou dois-je à nouveau tabler sur autant de veaux morts cette année ?

Agriculteur G. H.

Le veau d’une vache affectée par une carence en sélénium peut lui-même souffrir d’un déficit.

Le veau d’une vache affectée par une carence en sélénium peut lui-même souffrir d’un déficit. Une carence en sélénium peut même entraîner des problèmes au moment du vêlage. 

(UFA SA)

Publié le

Actualisé le

Non, il est pratiquement exclu que vous ayez « seulement » eu de la malchance. On parle de problème de troupeau dès que le nombre de veaux mort-nés est supérieur à 6 %. Dans votre cas, cela signifie que l’on peut considérer être confronté à un problème de troupeau dès que vous avez plus d’un veau mort-né par an.

Les motifs suivants peuvent expliquer une forte proportion de veaux mort-nés : 

  • carence en oligo-éléments chez les vaches (en particulier carence en sélénium, voire, plus rarement, en magnésium) ; 
  • accouplements inappropriés (taureau laissant des veaux trop gros) ; 
  • aide au vêlage insuffisante ou vêlage difficile (position défavorable, taille et poids du veau) ; 
  • état corporel (génisses trop peu développées ou trop grasses avec un BCS > 3,75) ; 
  • mères malades (p. ex. carence en calcium ou en magnésium).

En général, plusieurs points évoqués ci-dessus peuvent être rapidement exclus. Expérience faite, dans certaines régions, une carence en sélénium est une cause fréquente de veaux mortnés. Le taureau utilisé, une aide au vêlage insuffisante ou l’état corporel des vaches sont des causes plus rares. Un déficit en sélénium se traduit par une phase de vêlage prolongée, des veaux qui manquent de vitalité et qui n’ont pas assez envie de téter. Le sélénium est un oligo-élément essentiel qui doit généralement être ajouté à la ration, les sols suisses étant pauvres en sélénium. Chez les veaux, le manque de sélénium se traduit par une faiblesse des muscles. Chez les veaux nouveaunés, la langue est souvent aussi affectée par ce phénomène. Le veau est peu enclin à boire, il ne parvient pas à enrouler la langue et il arrive souvent que cette dernière pende de côté dans la gueule. Les veaux plus âgés sont affectés par la maladie des muscles blancs (mort subite précédée de cris, troubles du rythme cardiaque et difficultés respiratoires, démarche raide, faiblesse, tremblements musculaires, animal incapable de garder longtemps la tête relevée).

Pendant la gestation, le sélénium passe de la vache au veau via la circulation sanguine. Après la naissance, le veau absorbe le sélénium par voie directe, via le colostrum. Cela suppose néanmoins que la mère produise suffisamment de colostrum.

Certaines théories font également état de contractions réduites en cas de carence en sélénium. Les muscles étant affaiblis, la matrice a moins la force d’expulser le veau. Le placenta a par ailleurs du mal à se décrocher.

Vérifiez à temps l’approvisionnement minéral de vos vaches et adaptez-le si nécessaire entre trois et quatre semaines avant le vêlage. L’approvisionnement en sélénium peut être facilement et correctement estimé dans le sang. Je recommande d’administrer le sélénium par injection mais seulement en accord et sur recommandation du vétérinaire de troupeau.

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.