category icon

Production animale

Nouvelle lumière sur le poulailler

En matière de construction de poulaillers, la tendance est à la transformation et à l’agrandissement des structures existantes. Comment gagner en efficience ? Comment améliorer le bien-être des volailles ? Différents constructeurs de poulaillers répondent à ces questions.

combined_7374791_0_7374792_0.jpg
(Photo: Peter Röthlisberger)

Publié le

Rédactrice, Revue UFA

Une lumière sans papillotement

L’éclairage revêt une importance capitale dans un poulailler, car les poules sont très sensibles à la lumière. A cet égard, tout dispositif d’éclairage avec une forte oscillation lumineuse (ou « papillotement ») est problématique. Les diodes électroluminescentes (abrégées « DEL » ou « LED ») ont déjà fait leur apparition dans les poulaillers depuis un certain temps. Or, si les nouveaux modèles ne présentent pas de papillotement, les anciens n’en sont pas toujours exempts, comme en témoigne Beda Streule, du constructeur de poulaillers R. Inauen : « Actuellement, nous remplaçons de nombreuses LED âgées de 15 à 20 ans parce qu’elles papillotent. » Spécialiste UFA en production avicole, Beat Schwestermann confirme qu’une bonne lumière est essentielle. Pour ce faire, l’éclairage doit être à intensité variable réglable de manière continue et sans oscillations lumineuses, car comme il l’explique : « Une lumière qui papillote énerve les poules, pouvant entraîner des problèmes comme le picage des pattes. » Les LED (sans papillotement) présentent des effets positifs non seulement sur le bien-être des animaux, mais aussi sur d’autres plans : selon AgroCleanTech, elles permettent de réduire la consommation d’électricité d’environ 70 %.

Souvent utilisées dans les poulaillers, les lumières colorées peuvent du reste aussi être bénéfiques : la lumière rouge a un effet apaisant, permettant de lutter contre le picage ou le cannibalisme. Quant à la lumière bleue, invisible pour les poules, elle est utilisée lorsque des travaux sont effectués dans le poulailler, permettant de moins effrayer les animaux. Selon Beat Schwestermann, les dispositifs d’éclairage des bâtiments abritant des poules pondeuses sont aujourd’hui généralement conçus de sorte que la lumière rouge puisse être ajoutée si nécessaire.

Conseil

Les oscillations lumineuses n’étant généralement pas perceptibles par l’œil humain, pour savoir si un espace est concerné par les papillotements, il est possible de le filmer (p. ex. avec un téléphone portable) : ces derniers apparaîtront dans la vidéo.

Economiser l’énergie

Les économies d’énergie sont aussi un sujet d’actualité dans l’agriculture : « Nos clients sont de plus en plus demandeurs de solutions utilisant des énergies renouvelables », explique Bruno Rüedi de l’entreprise Krieger. Les anciens chauffages à énergies fossiles sont ainsi souvent remplacés par des chauffages à pellets ou à granulés.

Les besoins en énergie étant très élevés dans les unités d’engraissement, il existe là un grand potentiel d’économies. Les mesures pour réduire la consommation d’énergie sont les suivantes : ventilation contrôlée basée sur la concentration en CO 2 , isolation thermique et récupération de chaleur (c.-à-d. réutilisation de l’énergie thermique avec des échangeurs de chaleur). Dans les poulaillers, la plupart de ces dispositifs opèrent selon le principe de l’échange à contre-courant : au sein de l’échangeur, l’air sortant et chaud cède son énergie thermique à l’air frais entrant.

« Dans les nouveaux poulaillers d’engraissement, la récupération de chaleur est un standard », explique Bruno Rüedi. « Mais il est également possible d’équiper ultérieurement des poulaillers plus anciens. »

L’entreprise Globogal a plus de dix ans d’expérience avec les échangeurs de chaleur. « Depuis 2012, nous n’avons pas construit un seul poulailler d’engraissement sans récupérateur de chaleur », se souvient David Stauffer. Il est certain qu’à l’avenir, ces dispositifs vont aussi être adoptés dans les exploitations de poules pondeuses : « Dans les poulaillers de poules pondeuses, le chauffage n’est pas un standard. Or, la litière humide est parfois un vrai problème durant la saison froide. La récupération de chaleur peut donc être une solution », explique le spécialiste de Globogal. Des études montrent que les coûts de chauffage peuvent être réduits de 50 à 60 % grâce à une installation de récupération de la chaleur issue de l’air vicié. En 2010, Agroscope a calculé que les coûts d’investissement pour une installation de ce type dans un poulailler d’engraissement sont amortis en trois à cinq ans grâce aux économies de chauffage réalisées.

Conseil

Un nettoyage régulier des échangeurs de chaleur est important pour un fonctionnement efficace.

Réduction des émissions d’ammoniac

De l’ammoniac est produit dans le poulailler avec les déjections et l’urine des animaux, ainsi que lors du stockage et de l’épandage des engrais de ferme. Afin de protéger les écosystèmes d’apports excessifs d’azote, la Confédération a fixé des objectifs pour réduire les émissions d’ammoniac.

« Certains cantons prescrivent des épurateurs d’air, même dans de petites unités. Mais ceux-ci entraînent des coûts énormes », explique David Stauffer de Globogal. Il ajoute : « Dans les cantons qui ne l’imposent pas encore, le séchage du tapis à fientes est de plus en plus une solution peu onéreuse pour réduire les émissions d’ammoniac. »

Le tapis à fientes est ventilé directement dans le poulailler et les fientes sont ainsi séchées. Cette solution permet de réduire les émissions d’ammoniac tout en améliorant le climat dans le bâtiment.

Conseil

Il est possible d’installer un dispositif de séchage du tapis à fientes non seulement lors de la construction d’un nouveau poulailler, mais aussi dans les poulaillers existants.

Lisez aussi

Agri Quiz: santé intestinale porcine

Agri Quiz: santé intestinale porcine

Testez vos connaissances: Quel est le poste de coûts le plus important dans une entreprise d’élevage porcin ? Ou alors quel facteur a une grande influence sur le prix d’abattage des porcs ?

Vers le quiz
Quiz sur les céréales

Quiz sur les céréales

Testez vos connaissances en participant à l’Agri Quiz de la Revue UFA. Les questions portent sur l’origine du blé, ses caractéristiques ainsi que les pratiques agronomiques en la matière.

Vers le quiz

Articles les plus lues

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous fournissant des informations sur la manière dont le site est utilisé. Pour plus d'informations, consultez notre politique en matière de cookies.

  • Les cookies nécessaires permettent la fonctionnalité de base. Le site ne peut pas travailler correctement sans ces cookies, qui ne peuvent être désactivés qu'en modifiant les paramètres de votre navigateur.