category icon

Production animale

Sevrage des lapins : un jeu d’équilibriste

Le sevrage est une phase stressante pour les lapereaux. Les jeunes animaux sont séparés de leur mère et intégrés à de nouveaux groupes. C’est une étape durant laquelle la ration alimentaire change. On sait que le stress affaiblit le système immunitaire et rend les animaux plus sensibles aux maladies. Il faut par conséquent tout faire pour limiter ses facteurs.

Les jeunes lapins d’engraissement seront bientôt sevrés.

Les jeunes lapins d’engraissement seront bientôt sevrés.

Publié le

Actualisé le

Service technique UFA

Gestion du sevrage chez les lapins

Tous les changements liés au sevrage représentent un défi pour les jeunes animaux. Pour permettre un bon début d’engraissement et éviter les chutes de croissance et les pertes, il faut identifier les points critiques durant la phase de sevrage. Lorsque plusieurs paramètres négatifs se cumulent pour les lapins, il faut s’attendre à des pertes importantes.

Habituer les animaux assez tôt à l’aliment de sevrage

Un changement brusque d’aliment peut se traduire par une baisse de la consommation, une absence d’appétit, des troubles digestifs et des diarrhées. Pour que le système digestif des lapins puisse s’adapter à l’aliment, ce dernier doit être distribué très tôt aux jeunes lapereaux, soit au moins 10 jours avant le sevrage. Idéalement, il faudrait opter pour un aliment spécialement adapté et qui favorise la digestion, grâce aux ingrédients spécifiques qu’il contient. Durant les premiers jours du sevrage, l’aliment devrait par ailleurs être rationné et les lapins devraient pouvoir consommer du foin à volonté.

L’eau est indispensable

Sachant que les jeunes lapins ne reçoivent plus de lait après le sevrage, il est très important qu’ils puissent consommer de l’eau en qualité et en quantités suffisantes. Lorsque la température est élevée, l’eau joue un rôle primordial pour la survie des lapins. En hiver, il faut par contre veiller à ce que les conduites d’eau ne gèlent pas. Un manque d’eau nuit à la santé des lapins et les empêchent de développer leur potentiel de croissance.

Eviter le développement de maladies

Les lapins ayant une santé particulièrement fragile pendant la phase de tarissement, l’hygiène joue un rôle décisif. Un nettoyage et une désinfection en profondeur de l’étable avant leur arrivée réduit sensiblement la pression liée aux agents pathogènes. Plusieurs organismes, dont le service technique UFA, mettent des plans de nettoyage et de désinfection à la disposition des producteurs. Sachant que les colonies de bactéries nocives prolifèrent rapidement, les installations de distribution d’aliment et d’eau doivent toujours être d’une propreté irréprochable. Une litière humide ou souillée est également un substrat idéal pour les agents pathogènes et dégage beaucoup d’ammoniac. Or l’ammoniac irrite les muqueuses des lapins. Les agents pathogènes contaminent alors plus facilement les animaux. Le fait d’ajouter de la chaux à la litière a un effet asséchant et contribue à réduire les émissions d’ammoniac. Certains produits à base de chaux ont aussi un effet désinfectant.

Si des maladies se déclarent malgré les mesures préventives, il faut intervenir le plus tôt possible en procédant au traitement adéquat. En tout état de cause, un bon suivi des animaux est indispensable.

Température et qualité de l’air

La température idéale pour les lapins se situe dans une plage entre 10 et 15° C. Les températures supérieures à 25° C ou inférieures à 10° C représentent un stress pour les lapins sevrés, ce qui est également très mauvais pour leur système immunitaire. En se dégradant, le fumier dégage par exemple beaucoup de chaleur, ce qui perturbe leur organisme. En effet, ce réchauffement augmente la pression liée aux agents pathogènes et la formation d’ammoniac. En présence de températures élevées, il vaut mieux par conséquent évacuer plus souvent les fumiers.

En hiver, la température ne doit pas trop baisser pour éviter des conséquences tout aussi fâcheuses. Il est judicieux de chauffer l’étable de sevrage avant l’arrivée des jeunes animaux et de leur assurer ainsi un bon démarrage. En présence de basses températures, les lapins nécessitent un soin beaucoup plus important. Sachant que les lapins sevrés ingèrent moins d’aliment à cause de tous les changements auxquels ils sont confrontés, un faible niveau de température vient aggraver leur perte de poids.

La bonne qualité de l’air ambiant passe par un bon système d’aération. Il faut que l’air se renouvelle et circule correctement. Comme la plupart des étables à lapins gérées de manière professionnelle sont installées dans des bâtiments transformés, l’aération et l’isolation sont des défis importants. Le chef d’exploitation devrait planifier le système d’aération en collaboration avec un spécialiste. En plus de cela, une isolation appropriée offre de nombreux avantages tout au long de l’année.

L’observation des animaux joue un rôle majeur

Le cumul de nombreux facteurs négatifs se traduit par des pertes élevées. Au moment du sevrage, le facteur de réussite le plus important consiste par conséquent à bien observer les animaux. La gestion du sevrage est semée d’embûches. Pour disposer de bonnes perspectives et réussir professionnellement, les éleveurs de lapins doivent identifier les points critiques et prendre les mesures qui s’imposent. 

Auteure   Martina Hauser, spécialiste en cuniculture auprès du service technique UFA, 3052 Zollikofen

Sevrage réussi avec UFA 923

UFA 923 est un aliment de sevrage idéal pour les éleveurs de lapins professionnels. Les composants spécifiques contenus dans cet aliment, tels que la poudre d’écorce de chêne et les graines de fenouil, soutiennent le système digestif de manière naturelle et entravent la formation du substrat dont les germes pathogènes ont besoin pour se développer. Grâce à sa teneur élevée en fibres de haute valeur, UFA 923 garantit un bon approvisionnement en fibres. UFA 923 doit être distribué de préférence au moins dix jours avant le sevrage. La première semaine, cet aliment devrait être distribué jusqu’à ce que les lapins soient rassasiés, puis à volonté. L’utilisation de l’aliment d’adaptation est recommandée pendant le premier tiers de la phase d’élevage. Ensuite, il convient de passer progressivement à l’aliment d’engraissement UFA 924.

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.