category icon

Production animale

Une exploitation laitière optimisée de A à Z

En calculant ses coûts de production, Benno Elmiger a constaté qu’il gérait bien sa branche de production laitière. Parvenir à un tel résultat implique d’être très rigoureux, tant pour l’élevage du jeune bétail que pour l’analyse des données.

Jörg Lisebach

Tous les mois, Jörg Lisebach ( à g. ) et Benno Elmiger évoquent les résultats du dernier contrôle laitier et prennent des mesures pour optimiser la production laitière.

(Eva Studinger)

Publié le

Actualisé le

Rédactrice, Revue UFA

Benno Elmiger ( 52 ans ) est maître-agriculteur et gère un domaine laitier à Ermensee ( LU ), en collaboration avec son épouse, Gaby. En 2008, il a construit une nouvelle étable pour 45 vaches laitières. Outre des vaches Holstein, les Elmiger engraissent également 66 veaux CNf. Les grandes cultures et l’arboriculture sont d’autres branches d’exploitation importantes pour la famille Elmiger, qui forme un apprenti et engage plusieurs auxiliaires pendant les périodes de pointe, en particulier dans l’arboriculture.

Avec une production laitière moyenne de 10 300 kg de lait par vache et par lactation, la moyenne du troupeau est élevée. Les performances laitières constamment élevées et les résultats des calculs des coûts de production montrent que l’exploitation fait du bon travail. Avec des coûts de concentrés de 9,6 centimes par kilo de lait produit ( contre 17,4 centimes pour le groupe témoin ), les résultats obtenus par Benno Elmiger sont excellents. Plusieurs mesures ciblées sont appliquées à cet effet, que ce soit dans le domaine de l’élevage, de la remonte et de la gestion du troupeau. UFA Herd Support ( UHS ) aide Benno Elmiger à suivre constamment son troupeau et à identifier les problèmes très rapidement.

Elevage

L’élevage du jeune bétail est confié à une autre exploitation, où les génisses placées en contrat d’élevage sont élevées intensivement. La distribution correcte de colostrum, les injections de fer et de sélénium, la distribution ad libitum de lait et de concentré ainsi que la mise à disposition d’eau fraîche et de foin d’excellente qualité figurent parmi les mesures appliquées par Benno Elmiger.

Les primipares vêlent pour la première fois à l’âge de 24 mois. Pour que les génisses puissent bien s’habituer à leur futur environnement, Benno Elmiger considère qu’il est primordial de les intégrer dans le troupeau au moins trois semaines avant le vêlage.

Gestion du troupeau

Les 45 vaches Holstein sont élevées en stabulation libre et traites avec une installation auto-tandem ( 2 × 3 ). Un système de caméras de surveillance est utilisé pour assurer un bon suivi de troupeau. Les vaches portent également un collier équipé d’un transpondeur qui recense les mouvements de chaque animal, enregistre les données et déclenche une alarme en cas de nécessité. « Grâce au programme de gestion de troupeau, l’éleveur ne rate rien », explique Benno Elmiger. « Il est nettement plus facile de surveiller les chaleurs, et les maladies sont identifiées beaucoup plus tôt que par le passé. »

Remonte

Benno Elmiger élève sa propre remonte. Environ un quart des vaches dont les descendantes sont élevées sont inséminées avec de la semence sexée. Le reste du troupeau est inséminé avec des races à viande, pour produire des veaux d’engraissement. Au moment de choisir un taureau, l’éleveur tient surtout compte des critères fonctionnels.

Benno Elmiger estime que la persistance joue un rôle très important dans le cadre d’une ration totale mélangée ( RTM ). Les vaches qui affichent une mauvaise persistance ont tendance à engraisser en fin de lactation.

Affouragement

Les vaches sont affouragées à l’aide d’une ration totale mélangée (tableau). La ration est équilibrée à 28 kg de lait par jour.

Les vaches taries reçoivent du foin à volonté, les refus laissés par les vaches en lactation ainsi que des minéraux et du sel minéral sous forme de bacs à lécher. En été, les vaches pâturent. Deux semaines avant de vêler, les vaches taries intègrent à nouveau le troupeau. Les quantités de concentré augmentent progressivement. Au moment du vêlage, elles s’élèvent à 50 % des quantités distribuées pendant la phase de démarrage.

alt_text

La stabulation à logettes pour 45 vaches.

(Eva Studinger)

UFA Herd Support

Cela fait près de 10 ans que Benno Elmiger participe au programme UHS. Il est conseillé par Jörg Lisebach, responsable de ressort au service technique d’UFA à Sursee et spécialiste en bétail laitier. Jörg Lisebach reçoit directement les résultats des contrôles laitiers mensuels et les analyse. Il en discute ensuite avec l’éleveur concerné. L’attention se focalise d’une part sur les groupes de performance et, d’autre part, sur les animaux individuels, avec la distribution des concentrés au DAC. La ration est réajustée cinq à six fois par an. Ces ajustements interviennent surtout lors des changements de saison. La pâture représente un défi particulièrement important en vue d’une gestion optimale de la RTM.

« En ce qui me concerne, le programme UHS est un gage de sécurité supplémentaire. En cas de problème, je peux appeler Jürg Lisebach, qui étudie alors ce qu’il faudrait changer.

Coop ayant décidé d’abandonner le label Naturafarm pour les veaux d’ici à la fin 2019, Benno Elmiger ne sait pas encore quel sera l’avenir de l’engraissement de veaux sur son domaine. L’agriculteur d’Ermensee est très étonné par cette décision, d’autant plus que Coop vient d’adapter les directives CNf il y a un an à peine. Benno Elmiger avait transformé son étable pour respecter les nouvelles directives et faire en sorte que toutes les catégories animales répondent aux normes SRPA, conformément aux nouvelles exigences. Il est déçu et choqué que Coop supprime ce label sans le remplacer alors qu’elle venait d’annoncer de nouveaux objectifs, et que les agriculteurs concernés ont consenti des efforts importants. Actuellement, il ne sait pas encore s’il continuera à engraisser des veaux.

Si la rentabilité de cette branche de production devient insuffisante, Benno Elmiger compte réorienter sa production. Au vu de la décision prise par Coop, il est particulièrement heureux de pratiquer plusieurs branches de production.

Transfert de connaissances

ZMP, l’acheteur de Benno Elmiger, a lancé une nouvelle forme de conseil spécialisé appelée « De producteur à producteur ». Dans le cadre de ce programme, ZMP l’a approché pour savoir s’il était prêt à soutenir d’autres agriculteurs. Depuis, l’éleveur d’Ermensee a déjà coaché plusieurs collègues. « J’analyse les données d’exploitation et je leur fais part de mes réflexions. C’est par contre toujours à eux de décider, je ne fais que les aider. » Benno Elmiger estime que cette forme de conseil donne de bons résultats, les séances se déroulant dans une atmosphère conviviale et les recommandations d’un collègue étant souvent assez bien acceptées.

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.