category icon

Production végétale

Une fumure raisonnée adéquate

Afin d’obtenir un rendement maximum et une qualité optimale dans les herbages, il est important de réfléchir à une fumure spécifique selon les besoins et les utilisations tout en ayant pris en compte la qualité du sol et ses réserves en éléments nutritifs P, K et Mg par des analyses.

düngung-fr

Publié le

Actualisé le

Service technique Landor

LANDI Seeland AG

Garantir un bon rendement en conservant une composition botanique équilibrée et du fourrage de qualité sur plusieurs années représente un défi parfois minimisé. Une gestion optimale de la fumure est un des facteurs pour y arriver mais cela nécessite la prise en compte de nombreux éléments.

Engrais de ferme

Dans les herbages, les engrais de ferme constituent la base de la fumure. Une répartition uniforme sur l’entier de la surface du domaine est idéale, mais parfois difficile à réaliser en pratique. En effet, les engrais de ferme sont généralement appliqués selon l’éloignement des parcelles, leur topographie et leur utilisation. Les pâturages sont peu fertilisés à l’aide d’engrais de ferme alors que les prairies proches de la ferme et faciles d’accès sont souvent favorisées pour des raisons pratiques. La stratégie de fertilisation doit prendre en compte toutes ces spécificités. Le lisier produit sur l’exploitation doit être bien mis en valeur. Il est donc intéressant de profiter au mieux de cet engrais par l’utilisation d’améliorateurs en plus de la dilution classique par l’apport d’eau. Ces compléments favorisent l’activité biologique par une activation du lisier. Ils agissent comme substance nutritive pour les microorganismes. Un lisier amélioré permet, entre autres, de limiter au maximum les pertes d’azote et stimule la vie du sol. La gamme d’améliorateurs proposée par Landor permet d’offrir une solution à toutes les situations et à tous les types d’exploitation.

Plan de fumure

Comme vu dans le paragraphe précédent, l’utilisation des engrais de ferme pouvant être différente d’une parcelle à l’autre, il est important de calculer leurs besoins et de prévoir les apports d’engrais à l’aide d’un plan de fumure. Cela est d’autant plus important que la diminution de la qualité d’une prairie par une fumure mal adaptée est bien plus rapide que la capacité à l’améliorer.

Analyses de sol

Un plan de fumure doit être établi sur la base d’analyses de sol afin d’en connaître non seulement les réserves, mais également la qualité. Un pH compris entre 6,5 et 7 est idéal pour la bonne disponibilité des éléments nutritifs ( tableau 1 ).Un chaulage permet de corriger une valeur pH trop basse avec l’avantage d’améliorer la structure, la stabilité et l’activité microbiologique du sol, ainsi que l’enracinement de la prairie. L’acidité de surface dans les prairies nuit à la qualité botanique et influence négativement la mise en place d’un sursemis. Un apport de 1000 kg de Microcarbonat ou de 300 à 400 kg d’Hasolit Kombi en chaulage d’entretien, ou alors de 2000 kg de chaux humide en redressement dans des sols acides est recommandé.

L’importance du soufre

Les engrais proposés dans le tableau 2sont bien pourvus en soufre qui est un élément important pour la formation des protéines, du rendement en matière sèche et, de manière générale, pour une meilleure valorisation de l’azote. Les besoins des prairies et pâturages atteignent 30 à 50 kg par ha selon l’intensité d’utilisation. De plus, le soufre dans l’alimentation des ruminants favorise la digestion, la synthèse de certains acides aminés et des enzymes du rumen. 

AuteursGérald Cantin, conseiller technique Landor, et Maxime Montagrin, 1510 Moudon

Trois questions à Marc Genilloud

Agriculteur à Grolley, membre de LANDI Sarine SA et client Landor, Marc Genilloud gère une exploitation mixte avec des vaches laitières Holstein et des grandes cultures.

Revue UFA : Monsieur Genilloud, pourquoi avez-vous choisi l’engrais Nitrophos pour la fumure de vos prairies ?

Marc Genilloud : Il s’agit d’une réflexion globale sur les vaches laitières et leur alimentation. J’ai travaillé avec un nutritionniste en me basant sur les analyses des fourrages. Nous avons trouvé un excès en potasse et en chlore. Avec le conseiller Landor, nous avons décidé de travailler avec le Nitrophos depuis deux ans. Cet engrais sans potasse contient également du soufre, qui manque sur mes parcelles, et j’apporte en un passage également du phosphore.

Quelle importance attachez-vous aux analyses de sol ?

Marc Genilloud : Les analyses représentent la base pour réaliser un plan de fumure cohérent. Le plan de fumure me permet de répartir au mieux les engrais sur l’exploitation et d’apporter une fumure adaptée à chaque parcelle. Les analyses régulières permettent de voir les éléments en excès ou manquants. Je vais d’ailleurs reprendre des échantillons sur plusieurs parcelles.

Pourquoi la fumure des prairies est-elle importante pour vous ?

Marc Genilloud : Mon exploitation est située en zone de plaine à une altitude de 650 m. Le lait est transformé en gruyère AOP et la qualité du fourrage est essentielle, puisque plus de 75 % du fourrage grossier consommé par mes vaches provient de l’exploitation. Le but de la fumure est d’optimiser le rendement et la qualité du fourrage sans oublier le côté économique et également dans les cultures.

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.