category icon

Production végétale

La demande en point de mire

Il est important d’augmenter la produc tion indigène de céréales et d’oléagineux qui sont demandés. On constate en effet un déséquilibre, tant dans le secteur conventionnel que bio. Dans ces deux domaines, les cultures particulièrement recherchées sont les céréales fourragères et les oléagi neux tels que le tournesol et le colza. Il s’agit d’orienter la production dans la bonne direction, et ce d’un bout à l’autre de la filière.

Les acheteurs annoncent des besoins accrus en tournesol indigène pour la récolte 2023. Il faut donc augmenter les surfaces.

Les acheteurs annoncent des besoins accrus en tournesol indigène pour la récolte 2023. Il faut donc augmenter les surfaces.

(Stephan Rüegg)

Publié le

Actualisé le

Il est plus important que jamais de couvrir le plus possible les besoins en matières premières par la production indigène. Il faut agir avec prudence et suivre attentivement la demande. Les recommandations culturales de fenaco GOF pour la production de céréales, oléagineux et matières premières fourragères constituent depuis plusieurs années un outil d’aide à la décision.

Cette année, des nouveautés arrivent dans le système Maxi, un instrument du groupe fenaco-LANDI qui a fait ses preuves depuis longtemps déjà dans la commercialisation des matières premières indigènes. fenaco GOF a revu le système et les recommandations culturales pour les centres collecteurs et les producteurs·trices.

« Le potentiel de production de nombreuses cultures est actuellement inexploité. »

Joseph von Rotz

Suivre la demande

« En termes de qualité et de quantité, l’offre de l’agriculture productrice devrait s’aligner sur la demande indigène », déclare Joseph von Rotz, responsable opérationnel ad interim de fenaco GOF. Les centres collecteurs Maxi sont donc chargés de faire coïncider au mieux l’offre avec les possibilités d’écoulement. Le potentiel de production de nombreuses cultures est actuellement inexploité. La demande en oléagineux (tournesol, colza, soja), en blé fourrager, en maïs grain et en féverole dépasse nettement l’offre.

Objectifs concrets pour le blé panifiable

fenaco GOF a revu les recommandations culturales pour le blé panifiable Suisse Garantie de la récolte 2023. Des objectifs quantitatifs concrets par classe de qualité et centre collecteur ainsi que des réflexions logistiques forment une base transparente pour les recommandations culturales individuelles. En outre, les possibilités et les besoins des centres collecteurs et des exploitations agricoles doivent être intégrés dans les décisions de production avec les producteurs·trices. « Les centres collecteurs s’adressent aux productrices et producteurs de façon à ce que la planification de leurs cultures corresponde aux besoins du marché. Ils augmentent ainsi leurs revenus si l’on considère l’ensemble de la rotation des exploitations », affirme Joseph von Rotz. Les écarts par rapport aux quantités cibles n’auront pas d’incidence financière pour la récolte 2023, même si une gestion active des quantités avec des conséquences financières est prévue ultérieurement. « C’est actuellement déjà le cas pour les oléagineux, ce qui nous permet d’aligner encore mieux la production sur la demande effective », explique Joseph von Rotz. Les quantités de toutes les spécialités, telles que le blé biscuitier, le seigle et l’épeautre, continuent d’être régies par des contrats de production.

Bio : maigre bilan pour 2021

La production bio a aussi souffert en 2021. Selon Bio Suisse, il y a moins de céréales sur le marché que l’an passé. La part indigène a reculé à 48 % pour les céréales panifiables (−17 %) et à 59 % pour les céréales fourragères (−22 %). En outre, la majorité des céréales panifiables ont affiché des teneurs en protéines relativement faibles. Pour le seigle, presque toute la récolte a dû être écoulée en tant que seigle fourrager en raison de temps de chute bas. Les conditions météorologiques, principales responsables de cette situation compliquée, ont été particulièrement rudes pour le maïs grain : seule la moitié des quantités 2020 a été livrée aux centres collecteurs. Concernant les oléagineux, tant le tournesol que le colza ont fourni des rendements décevants. Seul un tiers des quantités contractuelles planifiées de colza a été livré aux centres collecteurs. Les fabricants de tofu ont néanmoins pu profiter d’une récolte de soja réjouissante, tant en termes de qualité que de quantité.

alt_text

Tout comme ce lupin blanc déployant ses premières feuilles fin avril en Emmental, les légumineuses à graines indigènes sont très recherchées.

(Andreas Rohner)

Progression du bio

Mais qu’en est-il aujourd’hui de la demande pour les cultures bio ? Pour Andreas Rohner, de fenaco GOF, « presque toutes les cultures moissonnées sur les champs bio helvétiques sont demandées ». Toutefois, malgré ces perspectives réjouissantes, il faut ici aussi s’adapter à la demande concrète. Actuellement, on recommande d’augmenter en particulier les surfaces de tournesol classique et HO, d’avoine alimentaire à flocons, de soja fourrager, de féverole ainsi que de blé panifiable et fourrager. Andreas Rohner précise aussi que la rentabilité de certaines cultures spéciales, comme l’avoine à flocons, le tournesol et les légumineuses, doit encore progresser par rapport à celle d’autres cultures. fenaco prévoit des suppléments pour ces cultures qui ont besoin de soutien.

« Presque toutes les cultures moissonnées sur les champs bio helvétiques sont demandées. »

Andreas Rohner

Recommandations pour les céréales fourragères et panifiables bio

Pour Andreas Rohner, les surfaces de blé panifiable ont encore du potentiel. L’épeautre jouit aussi de bonnes perspectives commerciales et toutes les variétés d’épeautre de la liste bio peuvent être commercialisées. En revanche, les surfaces de seigle ne devraient être que légèrement augmentées. « Le blé fourrager indigène, y compris celui de reconversion, reste extrêmement recherché », relève Andreas Rohner. Concernant le maïs grain, il est important que les exploitations, notamment celles en reconversion, planifient leurs surfaces avec modération et misent davantage sur les légumineuses à graines. Parmi les cultures associées, on recommande surtout la combinaison pois-orge, qui permet de favoriser aussi la culture de pois. Andreas Rohner ne voit en revanche qu’un faible potentiel commercial pour le triticale et l’a voine fourragère de reconversion.

Recommandations variétales en bio

Blé panifiable : Rosatch (très résistante, barbue, teneur en protéines élevée), Montalbano (barbue et productive), Baretta (productive, pour les sites bien approvisionnés en azote) et CH Nara (ne figure pas sur la liste officielle des variétés bio à cause de ses pailles très courtes mais est bien prise en charge par les moulins). Diavel (barbue, performante comme blé de printemps) et Wiwa (variété leader de la sélection GZPK).

Blé fourrager : Poncione et Spontan (variétés productives) qui devraient remplacer Ludwig.

Epeautre : toutes les variétés de la liste du FiBL / Bio Suisse (bioactualites.ch).

Informations sur les semences, les variétés et les possibilités de culture sur www.semencesufa.ch et dans le catalogue des semences UFA.

Perspectives pour les oléagineux bio

Tous les oléagineux bio sont soumis à des contrats de production avec les centres collecteurs. Certains centres Maxi se voient assigner des quantités et attribuent des contrats de production. L’orientation future du système Maxi prévoit de favoriser fortement le marché du tournesol bio en coordination avec les acheteurs d’oléagineux, mais aussi de poursuivre la culture sous contrat de colza, un oléagineux précieux. En production biologique, le tournesol offre une meilleure sécurité de rendement que le colza et permet donc une meilleure planification. Pour la récolte 2023, il est prévu d’augmenter la surface de tournesol (de type « classique » et « HO ») d’au moins 100 à 200 hectares rien que dans le cadre de la culture sous contrat Maxi.

Un mécanisme bien huilé

Il faut aussi garder en tête que les recommandations culturales dans le système Maxi de fenaco GOF jouent un rôle important pour la sécurité de l’approvisionnement en Suisse. Elles diminuent aussi la dépendance vis-à-vis des importations. Les réserves stratégiques constituent en outre un élément important du système. Elles ont par exemple permis de compenser en grande partie la faible récolte 2021. Elles ont aussi pour effet d’atténuer les fluctuations de prix en faveur des consommatrices et consommateurs suisses. 

Articles les plus lues

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.