category icon

Production végétale

Des champignons parasites à la rescousse

Grande stupeur durant l’automne 2018 : les pelouses et prairies desséchées ne reverdissaient pas et on pouvait sans grand effort séparer la couche herbeuse du sol. On découvrait alors des vers blancs qui avaient dévoré les fines racines de l’herbe sur de grandes surfaces. Que peut-on faire contre ces larves avant qu’elles ne s’enterrent plus profondément à l’automne pour hiverner ?

Les vers blancs endommangent l’herbe en consommant les racines

Les vers blancs endommangent l’herbe en consommant les racines.

(Semences UFA Auxiliaires)

Publié le

Actualisé le

Les vers blancs sont les larves de diverses espèces de hannetons. Les plus dangereuses pour les cultures sont les larves du hanneton de la Saint-Jean, du hanneton commun et du hanneton des jardins. Souvent, elles dévorent les fines racines de l’herbe, ce qui entraîne un dessèchement et un éclaircissement de la couche herbeuse, que l’on peut alors rouler facilement. Les vers blancs sont aussi un délice pour les oiseaux, les hérissons ou les blaireaux, qui commettent des dégâts supplémentaires en grattant l’herbe pour les débusquer. On peut lutter contre les vers blancs en utilisant des champignons parasites.

Un hanneton peut en cacher un autre

Les larves du hanneton commun, du hanneton de la Saint-Jean et du hanneton des jardins sont d’apparence semblable. Elles sont blanc jaune, courbées en forme de « c » avec une capsule céphalique brune et possèdent trois paires de pattes bien visibles. Pour le profane, il est difficile de déterminer l’espèce à laquelle appartient la larve. Mais des critères tels que le vol de l’adulte, le déplacement de la larve et ses caractéristiques anatomiques (apparence caractéristique du pli anal, photos page 29),permettent de distinguer facilement les différents vers blancs. Pour le succès de la lutte, il est important de connaître l’espèce de ver blanc présente dans le sol et les moyens permettant de combattre chacune d’elles. L’équipe de Semences UFA Auxiliaires n’a pas chômé en 2018, car elle a dû identifier les vers blancs et conseiller aux clients les produits adéquats. Durant l’automne, la plupart des dégâts étaient causés par la larve du hanneton de la Saint-Jean.

Hanneton de la Saint-Jean

De nombreuses régions de Suisse ont enregistré en 2018 des dommages importants causés par les larves du hanneton de la Saint-Jean, dont le cycle de développement est de deux ans. Elles provoquent principalement des dégâts l’année suivant le vol, comme en 2018. Les ravages qu’elles occasionnent sur les surfaces herbeuses sont d’habitude moins importants que ceux de la larve du hanneton commun. Mais les conditions météorologiques extrêmes de 2018 (faibles précipitations et températures journalières moyennes élevées) pourraient être coresponsables de la multiplication des populations de hanneton de la Saint-Jean. Ajouté à la sécheresse extrême, ce phénomène a causé de gros dégâts dans de nombreuses surfaces herbeuses.

Le hanneton de la Saint-Jean est reconnaissable à son corps couleur caramel et velu. Sa taille peut atteindre 19 mm et ses larves mesurent entre 10 mm et 30 mm. On distingue sa larve grâce à la forme en « étoile de Mercedes » de son pli anal. L’envol de l’adulte et la ponte consécutive se déroulent de la fin juin au début juillet au crépuscule. D’avril à septembre, les larves dévorent les fines racines de l’herbe. L’herbe commence à sécher par endroits, et peut être complètement desséchée par la suite.

Pli anal du hanneton de la Saint-Jean

  • Taille : 10 - 30 mm 
  • Pli anal formant une étoile ressemblant au sigle « Mercedes ».
  • Lutte avec le champignon Metarhizium anisopilae.

Pli anal du hanneton commun

  • Taille : 10 - 50 mm 
  • Pli anal ressemblant à une barbe de trois jours avec balafre.
  • Lutte avec le champignon Beauveria brongniartii.

Pli anal du hanneton des jardins

  • Taille : 10 - 20 mm 
  • Pli anal ressemblant à un smiley. 
  • Lutte avec le nématode Heterorhabditis bacteriophora.

 

Champignons parasites

Pour lutter contre les larves du hanneton de la Saint-Jean, on utilise un champignon à action spécifique, le Metarhizium anisopilae(produit GranMet, Semences UFA Auxiliaires), naturellement présent dans le sol. Le champignon est appliqué sur des grains d’orge stérilisés, sans pouvoir germinal. Pour une efficacité optimale, il faut enterrer ces grains entre 5 et 10 cm, car le champignon ne supporte pas la lumière. L’épandage est réalisé au printemps (d’avril à juillet) et en septembre. Un kilo de produit est nécessaire pour 100 m Pour les petites surfaces, on peut se servir d’une bêche, d’un plantoir ou d’un aérateur. On répartit les trous sur toute la surface avant d’y verser le champignon et de reboucher avec du terreau pour gazon. Pour les surfaces plus grandes ou lors d’un réensemencement, il est recommandé d’enterrer les grains d’orge à l’aide d’un aérateur ou d’un semoir (disponibles en location auprès des paysagistes et du secteur Agro de LANDI). Avec cette méthode, les grains d’orge sont aussi répartis dans les trous puis recouverts de terreau pour gazon. Il faut veiller à maintenir un sol humide pour que le champignon puisse se multiplier.

Lorsque les larves du hanneton de la Saint-Jean touchent les grains d’orge, les spores du champignon se collent sur elles, s’y développent et pénètrent dans l’organisme, qu’ils parasitent complètement. Une épaisse couche blanche de champignons se forme sur la larve morte, qui peut à son tour contaminer d’autres larves. Généralement, en cas de forte invasion de vers blancs, le champignon peut se multiplier en infectant de nouvelles larves. Pour atteindre un effet encore plus important, l’épandage devrait se faire en automne et au printemps.

Année de vol 2019
alt_text

Ce vers blac est attaqué par un champignon parasitaire.

(Semences UFA Auxiliaires)

Plusieurs facteurs décideront si les larves du hanneton de la Saint-Jean provoqueront de gros dégâts en 2019. D’une part, la présence de populations de vers blancs : si on connaît le seuil de tolérance pour le hanneton commun, ce n’est pas encore le cas pour le hanneton de la Saint-Jean. D’autre part, les conditions météorologiques : les surfaces herbeuses ont-elles reçu suffisamment de précipitations et de nutriments pour se régénérer ?

Après les gros dégâts enregistrés dans certaines régions en 2018, 2019 est à nouveau une année de vol pour le hanneton de la Saint-Jean. Les adultes ont pris leur envol fin juin-début juillet et ont commencé la ponte. Les œufs ont été déposés surtout dans les surfaces vertes avec une couche herbeuse clairsemée et dans les pelouses tondues à ras (p. ex. terrains de sport), et moins dans les surfaces herbeuses denses et hautes. Les premières larves de hanneton de la Saint-Jean vont bientôt éclore et se nourrir principalement d’humus. L’année suivante, elles recommenceront à dévorer les racines de l’herbe et démarreront ainsi un nouveau cycle.

Pour réduire les populations de hannetons de la Saint-Jean, il faudrait procéder à l’automne à un nouveau traitement avec le champignon.

Hanneton commun

Le hanneton commun est reconnaissable aux triangles blancs sur les côtés de l’abdomen. Il peut atteindre une longueur de 30 mm. Ses larves mesurent entre 10 mm et 50 mm et leur cycle de développement est d’environ trois ans. Le vol de l’adulte et la ponte se déroulent pendant la journée, de fin avril à début juin, et les larves aux différents stades de développement dévorent les racines d’avril à septembre. En automne, les larves s’enterrent profondément pour hiverner. Le pli anal, principal critère d’identification, ressemble à une barbe de trois jours avec une balafre. La lutte contre les larves du hanneton commun fait aussi appel à un champignon spécifique, le Beauveria brongniartii(produit Melocont, Semences UFA Auxiliaires), également présent naturellement dans le sol. L’application et le fonctionnement du produit sont identiques à ceux du produit contre le hanneton de la Saint-Jean. Il est également épandu au printemps (d’avril à juillet) et en septembre, quand les larves se trouvent juste sous la couche herbeuse.

Hanneton des jardins

Le hanneton des jardins est reconnaissable à son bouclier vert métallisé. L’adulte peut mesurer jusqu’à 10 mm et sa larve jusqu’à 20 mm, ce qui est nettement plus petit que les larves du hanneton commun ou du hanneton de la Saint-Jean. Le cycle de développement est annuel. Le vol de l’adulte et la ponte ont lieu le matin de la fin mai à la mi-juin. Les vers blancs commencent à dévorer les racines après environ trois semaines. A partir de la mi-octobre, ils s’enterrent profondément et ne mangent plus jusqu’au vol. Le pli anal ressemble à un smiley. La lutte contre la larve du hanneton des jardins fait appel à un vers filaire microscopique, le nématode Heterorhabditis bacteriophora(produit Nemagreen, Semences UFA Auxiliaires). Il pénètre dans la larve, provoquant ainsi une infection bactérienne qui la tue. Après environ six semaines, 80 % des larves sont contaminées et meurent. Les nématodes sont dissous dans de l’eau et appliqués à l’aide d’un arrosoir ou d’un pulvérisateur à nématodes. Il faut ensuite bien les arroser et maintenir les surfaces herbeuses humides durant plusieurs semaines. La période de traitement idéale dure de mi-juillet à fin septembre.

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.