category icon

Technique agricole

Production fourragère avec une seule marque

Pour la production de fourrage sur son domaine agricole, Olivier Duc a opté pour la marque Fendt. En l’espace d’une année, il a acquis un tracteur, une autochargeuse, un andaineur double et une faucheuse frontale Fendt. Avec son nouveau tracteur, il a réalisé quelque 500 heures de travail en un an.

Olivier Duc a opté pour une faucheuse à toupies pour récolter l’herbe distribuée en vert à la table d’affourageme...

Olivier Duc a opté pour une faucheuse à toupies pour récolter l’herbe distribuée en vert à la table d’affouragement.

Publié le

Rédacteur, Revue UFA

Durant la période de végétation, Olivier Duc de Chavannes-sur-Moudon fait pâturer ses vaches et complète la ration avec de l’herbe fraîche à la table d’affouragement. Lorsqu’il a augmenté son troupeau pour passer à 90 vaches laitières, il a également changé son autochargeuse contre un modèle de plus grande taille. « Ma nouvelle Fendt Tigo MS 50 est équipée de pneumatiques larges qui assurent une bonne tenue dans les pentes pour charger l’herbe et le fourrage sec », explique Olivier Duc à la Revue UFA. Le pick-up oscillant et entraîné sans cames, les roues de jauge pivotantes ainsi que le système d’ameneurs permettent un ramassage propre et un fonctionnement silencieux. La caisse fermée de cette machine est montée sur un châssis en acier zingué et l’essieu suiveur est bloqué automatiquement dès 14 km / h et en marche arrière. Sur la version Profi, une paroi frontale amovible permet d’optimiser le chargement et d’accroître le volume compressé du fourrage. Un capteur de remplissage à deux niveaux de sensibilité permet l’enclenchement automatique du fond mouvant (chargement automatique). « Les commandes de l’autochargeuse Isobus se gèrent de manière très simple sur le grand écran installé dans la cabine », explique Olivier Duc. Julien, le salarié agricole, préfère quant à lui utiliser le levier multifonctions pour l’ensemble des commandes.

alt_text

L’autochargeuse est commandée soit par l’écran tactile de 10,4’’, soit à l’aide du levier multifonctions.

Relevage électronique

Olivier Duc estime que le nouveau Fendt 516 Profi qu’il a acquis l’an dernier est parfaitement adapté à son domaine : « Ce tracteur compact à quatre cylindres de 165 CV de puissance disponible est utilisé tous les jours pour récolter l’herbe à l’aide de la faucheuse frontale et de l’autochargeuse ». Le relevage avant électronique (EHR) doté d’un report de charge remplace un système de compensation par ressort sur la faucheuse. La pression de report est sélectionnée à partir du terminal en cabine et assure le suivi du terrain de la faucheuse Cutter 3340 FP. Le pont avant suspendu et la suspension pneumatique de la cabine augmentent le confort du conducteur. La capacité de levage maximale du relevage atteint 7780 daN (7935 kg) à l’arrière et 3420 daN (3490 kg) à l’avant. En version de base, le tracteur affiche un poids à vide de 6400 kg, tandis que le poids total autorisé en charge (PTAC) est de 10 500 kg. Sur son exploitation principalement herbagère, Olivier Duc a choisi son tracteur sans l’option GPS.

Andainage propre

L’an dernier, Olivier Duc a également acquis un nouvel andaineur double Fendt Former 1502. Cette machine est équipée de deux paires de roues tandem par toupie, elles-mêmes montées sur un châssis orientable. « L’avantage de cette machine est la maniabilité. Il faut peu de temps pour s’habituer à cet andaineur qui ramasse vraiment bien le fourrage dans les angles de la parcelle », explique Olivier Duc. Par contre, il n’est pas aisé de reculer avec ce type de machine. La largeur de travail atteint jusqu’à 7 m en formant un seul andain. Elle peut être réglée en continu et hydrauliquement pour une largeur de 3,6 à 6,3 mètres lors de la formation de deux andains. Le contrôle de séquences monté de série permet de soulever les toupies l’une après l’autre en bout de champ et de réaliser des andains réguliers. Olivier Duc est satisfait de ses nouvelles machines et des prestations de l’agent Fendt régional, CVT Mécanique, qui assure un service 7 / 7 durant la saison. 

« Un rapport qualité-prix intéressant est important pour moi »

Olivier Duc gère avec l’aide de son père à la retraite et un employé agricole engagé à l’année un domaine de 70 hectares situé à Chavanne-sur-Moudon. Il a repris le domaine familial en 2011 et a construit une étable en bordure du village trois ans plus tard. Suite à l’association avec un producteur d’un village voisin, les bâtiments ont été agrandis pour un troupeau de 90 vaches laitières et le séchoir a été rempli pour la première fois cette année. « Les 750 000 kg de lait produits par année sont  repris par les fromageries de Moudon et de Brenles pour la fabrication de Gruyère », explique Olivier Duc.  Sur environ 11 ha de terres ouvertes, il produit du colza, de l’orge, du blé panifiable, des betteraves fourragères et du  maïs affouragé en vert aux vaches laitières. Pour la reproduction de son troupeau, il utilise de la semence sexée choisissant les bêtes à élever et celle déstinées à l’atelier d’engraissement destinée à Anicom.  « En été, la ration des vaches laitières se compose de 60 % de pâture. En hiver, les vaches reçoivent une ration mélangée et quatre compléments au DAC », précise Olivier Duc. A la recherche de solutions pour optimiser l’affouragement, il a mis en place deux hectares de luzerne en 2019. Il distribue aussi un aliment tampon UFA-Alkamix fresh pour parer aux risques d’acidose subclinique due à la chaleur. « Un système de brumisateur au cornadis et au-dessus des logettes ainsi qu’un ventilateur ont été installés afin de  réduire la température dans l’étable. Le mélange chaux-paille utilisé dans les logettes améliore la santé des mamelles et la qualité du lait », poursuit Olivier Duc. L’organisation du travail est un point important pour cet agriculteur et se fait lors de la pause-café quotidienne avec son père et Julien, le salarié agricole. Chacun 

travaille ainsi un week-end sur trois. Diplômé de la HESA de Zollikofen et disposant d’un brevet en marketing et leadership, Olivier Duc enseigne également un jour par semaine à l’école de commerce de Lausanne. Il préside aussi le conseil général de sa commune de 220 habitants. En 2018, Olivier Duc cherchait à changer son autochargeuse. Cette machine est employée tous les jours pour ramasser l’herbe et aussi les fourrages secs produits sur le domaine. Suite à un appel d’offres, son choix s’est porté sur une Tigo de 50 m3 à ameneurs, essieu tandem et équipée Isobus. Il a acheté cette autochargeuse chez CVT Mécanique, agent Fendt à Ménières. Après comparaison de plusieurs offres, il a changé son tracteur et opté pour un modèle Fendt 516 Profi. « Ces choix sont dictés principalement par le rapport qualité-prix que je trouve intéressant chez cette marque », conclut Olivier Duc.  

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.