category icon

Technique agricole

Semoirs – techniques préservant le sol

Les techniques culturales simplifiées permettent de maintenir la fertilité du sol et en même temps de réduire l’érosion ou encore le compactage. Ces méthodes plus ou moins courantes nécessitent une mécanisation spécifique notamment pour le semis direct et de bonnes connaissances pour atteindre leur but.

Au maximum 25 % de la surface du sol est travaillé avec la technique du semis direct.

Au maximum 25 % de la surface du sol est travaillé avec la technique du semis direct.

Publié le

Actualisé le

Rédacteur, Revue UFA

Techniques de semis

alt_text

Les éléments semeurs à disques sont adaptés à tous les itinéraires de travail du sol.

Les semoirs se distinguent par une grande diversité de types et de fonctionnement différents. Ils ont cependant tous le même but, à savoir distribuer une quantité précise de semences par hectare, déposer les grains à une profondeur définie et répartir la semence de manière régulière. Il existe deux types principaux de semoirs, qui diffèrent par le mode de transport et la distribution des semences: les semoirs mécaniques avec une distribution par gravité et les semoirs pneumatiques qui distribuent les graines au moyen d’un souffleur.

alt_text

L’entrainement électrique de la distribution permet un réglage de la densité de semis très précis.

Semoir mécanique et semoir pneumatique

Le point fort des semoirs mécaniques reste la simplicité du système de dosage des semences pour une bonne précision de semis et un investissement inférieur aux modèles pneumatiques. Le remplissage avec des big-bags est possible, mais la capacité de trémie reste inférieure. Les machines à disques offrent une bonne précision sans risques de bourrage dans les sols plus hétérogènes ou en présence d’une grande quantité de débris végétaux.

Pour les semoirs pneumatiques, la forme plus carrée et la grande capacité de la trémie permettent le remplissage par big-bags. Le réglage pratique de la quantité de semis et la précision élevée sont appréciables. « L’entrainement électrique augmente la précision de semis, même à grandes vitesses d’avancement. Il offre une grande plage d’utilisation et le calibrage s’effectue rapidement et simplement », selon le fabricant Lemken. La largeur de travail des semoirs pneumatiques n’est pas limitée à trois ou quatre mètres comme dans le cas des semoirs mécaniques.

Les éléments semeurs

Les socs traînants sont le modèle le plus courant sur les modèles plus anciens. De manière générale, les socs nécessitent peu d’entretien pour une construction robuste et simple. L’efficacité devient moins bonne en présence d’une quantité élevée de résidus végétaux. Selon la forme du soc, les bourrages peuvent être plus ou moins importants.

Sur le marché on trouve plusieurs versions d’éléments à un ou deux disques qui se différentient encore par leur poids. Ces éléments sont adaptés à tous les itinéraires de travail du sol, mais leur construction plus complexe engendre des coûts d’entretien plus élevés. Les versions lourdes assurent un bon découpage des résidus végétaux sur les machines servant au semis direct.

Les versions à dents souples ou rigides pour les semis sans labour assurent une bonne régularité de la profondeur de semis dans les sols bien nivelés avec un réglage simple. Selon les matériaux utilisés, l’usure peut être plus faible que pour les versions à disques.

Les techniques simplifiées

Les principaux avantages du semis direct sont la couverture permanente du sol qui favorise la vie biologique et la capacité de rétention en eau. Pour atteindre un travail du sol sur une surface de 25% au maximum, les machines sont équipées de disques, de dents ou de disques munis d’ailettes latérales (cross slot). « Le semis direct est une technique pointue qui ne s’improvise pas. Nous réalisons nos propres machines et proposons un suivi au client pour gérer les nombreux paramètres nécessaires à l’obtention d’un bon résultat », explique Jœl Petermann, directeur de l’entreprise Alphatec. Le but est de maintenir une structure naturelle et stable en évitant les travaux du sol en profondeur qui peuvent créer une semelle ou une accumulation de débris végétaux comme la paille principalement. En favorisant les vers de terre, le sol est mélangé et aéré par ces derniers.

Le semis sur bandes fraisées proposé par plusieurs entrepreneurs de travaux agricoles représente une alternative au semis direct pour des sols lourds ou peu homogènes. « Cette méthode limite à 50 % la surface du sol travaillé et convient bien pour la mise en place de colza, maïs, tournesol et betteraves », poursuit le spécialiste de ces techniques préservant le sol. Le maintien de la capillarité est un point important de cette méthode.

Le semis sous litière ou mulching est la méthode la plus répandue des techniques simplifiées. Toute la surface du sol peut être travaillée avec de préférence des machines qui ne sont pas animées par prise de force. Un déchaumage superficiel et un dépôt des graines peu profond dans la couche de litière assurent de bonnes conditions de germination pour la culture.

Le but des techniques simplifiées consiste à préserver la fertilité des sols cultivés en améliorant la portance et en limitant l’érosion ou le compactage. L’eau de pluie peut mieux s’infiltrer et reste au niveau des racines, permettant à la culture de moins souffrir durant les périodes de sécheresse estivales. Par ailleurs, si les pronostics de changement climatique prévus se réalisent, la distribution des précipitations va changer, avec une pluviométrie supérieure durant les mois d’hiver et moins de précipitations en été, ce qui favorisera ces techniques. n

AuteurJean-Pierre Burri, Revue UFA, 1510 Moudon

Techniques culturales préservant le sol

Un sol fertile est un élément primordial pour la production d’aliments et de fourrages et constitue le facteur de production principal de l’agriculture. Un travail du sol adapté à la situation et un emploi limité d’intrants préservent la fertilité du sol à long terme. Le compactage, l’érosion et l’accumulation de substances nocives peuvent par contre la menacer. Selon l’ordonnance sur les paiements directs, des contributions sont versées pour les techniques culturales préservant le sol, avec un supplément pour le renoncement aux herbicides.

La proportion de la surface du sol travaillée détermine le type de travail du sol. Les techniques suivantes sont considérées comme préservant le sol:

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.