category icon

Technique agricole

Une machine qui redevient actuelle

Le déchaumage à l’aide d’une machine équipée de socs trouve un regain d’intérêt notamment en agriculture biologique. Cette méthode efficace date pourtant de plus de cinquante ans. Actuellement, un nombre restreint de fabricants réalisent ce type de machine.

La charrue déchaumeuse sert en premier lieu à lutter contre les adventices dans les procédés de travail du sol simplifié ou en...

La charrue déchaumeuse sert en premier lieu à lutter contre les adventices dans les procédés de travail du sol simplifié ou en agriculture biologique.

Publié le

Rédacteur, Revue UFA

Le labour à faible profondeur, environ 10 centimètres, est une technique prévue pour mélanger les résidus de récolte dans la partie supérieure du sol. Dans cette partie plus aérée, les végétaux doivent se décomposer plus rapidement et favoriser un taux d’humus plus élevé. Le regain d’intérêt pour cette technique est dû à la tendance aux méthodes de travail simplifié et à l’agriculture biologique. Dans les deux cas, la lutte contre les adventices est un des principaux objectifs recherchés.

Machine spécifique

Une des principales différences par rapport à une charrue conventionnelle réside dans le dégagement entre corps plus court qui varie entre 50 et 70 centimètres pour les charrues déchaumeuses. La longueur de la machine se trouve également réduite et limite le porte-à-faux. Une autre différence est la forme du versoir : plus court, plus bas et arrondi pour retourner la terre plus rapidement. Le brassage devient plus intensif sans formation d’une couche végétale sur l’horizon de travail. En version standard, ces machines sont proposées sans rasettes, mais avec un système de déflecteur sur le versoir. Pour le reste, les deux types de machines sont assez semblables avec une sécurité non-stop mécanique ou hydraulique ainsi qu’une roue mixte pour le contrôle de profondeur et le transport.

Principaux avantages

La faible profondeur de travail nécessite logiquement nettement moins de puissance de traction. Selon les constructeurs, un tracteur de 100 à 120 CV est nécessaire pour tracter une charrue déchaumeuse de 8 corps. Une vitesse de 9 à 11 km / h assure un travail régulier. Par rapport à un labour conventionnel, le rendement de chantier atteint près de 3 hectares par heures et permet une réduction sensible de la consommation de carburant. La charrue déchaumeuse est prévue pour conserver les avantages du labour. Les adventices sont contrôlées dans une structure favorable en surface. L’humidité dans les couches inférieures est mieux préservée qu’avec des machines de déchaumage à dents ou à disques. D’un point de vue agronomique, un taux élevé de matière organique en surface est judicieux pour tous les sols. L’eau s’écoule plus facilement, le sol est moins compacté et plus facile à travailler.

Le travail onland (hors raie) avec un tracteur équipé de pneus larges devient possible. En terme d’équipements, la Ovlac Mini est disponible avec une roue à l’avant pour le contrôle de profondeur. Bugnot propose deux types de socs et le constructeur français Charlier peut monter une griffe sous-soleuse. 

Profondeur de travail

Depuis quelques années, le travail de charrues déchaumeuse est régulièrement présenté lors de journées techniques, principalement en agriculture biologique. Les conditions de sol influencent directement la profondeur de travail des machines dans tous ces essais.

Lorsque la terre est trop sèche, la charrue a tendance à sortir du sol. Lors de faibles profondeurs de travail, le contrôle de la profondeur reste difficile principalement dans des terrains peu homogènes. L’objectif d’une profondeur de travail de 10 cm est dépassé dans la majorité des cas. Lorsque le sol est trop mouillé, il faut de toute manière éviter le passage avec des machines. 

 

Expérience pratique

David Hänni gère un domaine agricole bio de 125 hectares à Lignières, situé sur un plateau entre le lac de Bienne et le Chasseral. Depuis plus de dix ans, il travaille à l’aide d’une charrue déchaumeuse et depuis trois ans avec un modèle Kverneland Ecomat Varilarge de 8 socs. « J’emploie la charrue déchaumeuse essentiellement pour le déchaumage après céréales, betteraves et pour les cultures laissant peu de résidus », explique David Hänni. Le Packomat a été transformé pour être attelé à l’avant du tracteur avec une combinaison de semis à l’arrière. Les semis sont alors réalisés à une vitesse de 8 à 9 km / h. « Il faut effectuer un labour propre pour bien lutter contre les adventices. Et une certaine vitesse est nécessaire pour obtenir un bon résultat avec la charrue déchaumeuse », précise David Hänni qui a des terres plutôt lourdes, mais aussi des terres noires sur son domaine. Tous les déchaumages sont réalisés avec la charrue Ecomat. Les prairies sont par contre labourées avec une charrue conventionnelle. Comme principaux avantages de la charrue déchaumeuse, David Hänni évoque l’enfouissement des résidus à une faible profondeur (10 à 15 cm), le rendement de chantier amélioré et la propreté du travail.

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.