category icon

Gestion

Une formation pratique à l’intention du secteur agricole

Le secteur agricole manque de spécialistes qualifiés comme les agrotechniciens ou les agro-commerçants. Les jeunes agricultrices et agriculteurs qui optent pour cette formation sont les bienvenus sur le marché du travail et sont parfaitement équipés pour l’avenir.

5366359_image_3_9.jpg

Publié le

Actualisé le

Directeur d'edition / rédacteur en chef

alt_text

Martin Schmid, directeur de LANDI Seeland

Tous les agrotechniciens diplômés qui ont terminé leur formation chez nous l’été dernier ont rapidement trouvé un poste de travail intéressant dans le secteur agricole », explique Gerd Mayer, le responsable de la formation d’agrotechnicien et d’agro-commerçant au Strickhof. Gerd Mayer sait par expérience que les agrotechniciens et les agro-commerçants sont des spécialistes très demandés au sein de la branche. « En revenant de leur stage pratique, plusieurs étudiants disposaient déjà d’un contrat de travail écrit en poche », explique-t-il avec fierté. Martin Schmid, directeur de LANDI Seeland et responsable du secteur Agro est lui aussi de cet avis. LANDI Seeland forme régulièrement des stagiaires et des étudiants qui suivent la formation ES en cours d’emploi. Elle leur offre un aperçu passionnant de l’agriculture dans la région du Seeland. « Nous sommes souvent en mesure de proposer aux diplômés ES un poste de travail immédiatement après leur passage chez nous », explique Martin Schmid. Le directeur de LANDI Seeland précise encore que le secteur Agro des LANDI a besoin de collaborateurs bénéficiant d’une bonne formation agricole de base, de solides connaissances dans les domaines de l’économie et du commerce et disposant d’une connaissance approfondie des marchés agricoles. « Il nous faut des collaboratrices et des collaborateurs capables de communiquer d’égal à égal avec les agricultrices et les agriculteurs », affirme Martin Schmid en résumé. Les agrotechniciens et les agro-commerçants disposent précisément d’un tel bagage, en plus de nombreux autres atouts.

Agrotechnicien ou agro-commerçant ?

Les formations d’agro-commer-çant( e ) ES et d’agrotechnicien( -ne ) ES s’adressent aux personnes qui ont terminé leur formation de base dans un métier agricole ou proche de l’agriculture. Souvent, une pratique agricole d’un an au moins est exigée. Ces deux formations ont un noyau identique. En fait, elles diffèrent surtout par leur orientation. Alors que les agro-commerçants se consacrent plutôt aux questions économiques, les agrotechniciens abordent surtout les aspects liés à la technique en production animale et en production végétale. Pour cette raison, les agro-commerçants sont plutôt censés travailler dans le commerce de gros et de détail ( achat et vente de marchandise ) ainsi que dans le domaine de la comptabilité ou des fiduciaires. Les agrotechniciens sont pour leur part souvent engagés en tant que conseiller ou chef de vente dans le secteur de la production animale, de la production végétale ou de la technique agricole.

alt_text

Christian Schönbächler, ancien étudiant Agrotechnicien ES

Ces deux formations préparent des spécialistes qui exerceront par la suite des responsabilités techniques et décisionnelles importantes au sein de la branche agricole. Pendant la formation, l’enseignement ne se limite pas à l’acquisition des compétences techniques, mais est également axé sur le développement de la personnalité. « Dans le cadre de la formation que nous dispensons, nous accordons une importance centrale à cet aspect. Nous attachons aussi beaucoup d’importance à la technique de présentation et à la communication en général », affirme Gerd Mayer du Strickhof.

« Un solide bagage de connaissances »

Christian Schönbächler estime que sa formation d’agrotechnicien en a vraiment valu la peine. Il a débuté sa formation à temps complet au Strickhof à l’âge de 22 ans et l’a terminée en 2010. Entre-temps, Christian Schönbächler a fondé sa propre entreprise, BRS Hoftech, en collaboration avec trois autres partenaires tout en gérant son propre domaine agricole et en étant membre du Conseil d’administration de Barto SA. « J’étais très jeune lorsque j’ai terminé ma formation et c’est en fondant BRS Hoftech que j’ai vraiment remarqué à quel point le bagage de connaissances que j’ai acquis est solide. Rétrospectivement, la formation très large que j’ai suivie en tant qu’agrotechnicien m’a très bien préparé à ma vie professionnelle actuelle », ex-plique-t-il.

Eventail de formations continues

Les agro-commerçants et les agrotechniciens peuvent suivre de nombreuses formations continues et les chances d’exercer des postes de cadre à responsabilité sont excellentes. Les personnes qui sont à l’aise avec le monde des chiffres peuvent par exemple suivre une formation continue de comptable ou de réviseur avec certificat de capacité ( spécialistes en finance et en comptabilité ). Les agro-commerçants ES peuvent opter pour la passerelle qui leur permettra d’effectuer un diplôme post-grade dans une Haute école ( Bachelor of Business Administration ) en économie avec un rôle de cadre. Les cursus CAS ( Business Communication, Project Gestion & Re-Engineering, International Gestion, gestion de l’environnement, Eco Economics ou droit agraire ) sont des formations continues attrayantes que les étudiants ES peuvent suivre sur analyse de leur dossier.

Formation en pleine évolution

A l’avenir, les cours de formation ES devraient être encore valorisés et se focaliser davantage sur le marché du travail, pour pallier ainsi le manque de spécialistes. Le Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation ( SEFRI ) a déjà émis des recommandations pour la révision des plans d’étude concernant ces cours. L’Ortra AgriAliForm et fenaco société coopérative ont entrepris de développer les deux formations ES à l’aide d’un groupe de projet commun. Grâce à un sondage réalisé auprès des employeurs et des diplômés, on sait plus précisément les exigences auxquelles les deux formations ES d’agro-commerçant et d’agrotechnicien seront soumises à l’avenir. La responsable de projet, Crystel Mira, explique ainsi qu’outre quelques changements de moindre ampleur, une importance accrue sera accordée à l’utilisation des technologies de l’information et au développement des compétences personnelles et sociales. Les formations remaniées seront probablement dispensées dès 2021.

« En ce qui concerne les formations d’agro-commerçant et d’agrotechnicien, la proximité avec la pratique revêt beaucoup d’importance », affirme Crystel Mira en précisant que cela ne changera pas à l’avenir. Aux yeux de l’agrotechnicien Christian Schönbächler, il est d’ailleurs primordial que cette proximité avec la pratique perdure : « La formation d’agro-technicien est fortement axée sur la pratique et peu théorique. Il s’agit d’un atout primordial. » 

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.