category icon

Production animale

Quand l’herbe jeune devient un problème

Le printemps approche et les premiers jours de pâture sont attendus avec fébrilité. Mais attention ! Lorsque les vaches se précipitent sur la jeune herbe, le risque de météorisation n’est pas anodin.

Une consommation trop élevée d’herbe jeune et riche en trèfle augmente le risque de météorisation.

Une consommation trop élevée d’herbe jeune et riche en trèfle augmente le risque de météorisation.

Publié le

Actualisé le

Spécialiste bovins, UFA AG

LANDI Treuhand Mittelland

Météorisation

En cas de météorisation (gonflement de la panse), la vache ne parvient plus à éliminer, via l’éructation, les gaz qui se forment dans la panse. Cela peut être dû à une obstruction de l’œsophage, à un mauvais fonctionnement de la panse ou à la formation de mousse dans la panse. Une météorisation se traduit par un gonflement du flanc gauche de l’animal, un état de nervosité plus marqué ainsi que par une fréquence respiratoire et cardiaque qui s’accélère. La panse gonflée appuie sur le diaphragme et entrave alors la respiration et la circulation sanguine. Si l’éleveur ne parvient pas à réagir assez vite, la vache finit par mourir.

Des vaches qui mangent vite

On distingue les météorisations gazeuses et les météorisations spumeuses (formation de mousse). Les météorisations gazeuses surviennent principalement en automne, lorsque les vaches pâturent dans des prairies où se trouvent des pommiers. Il se peut alors qu’une pomme reste coincée dans l’œsophage. Dans le cas d’une météorisation gazeuse, il faut retirer le corps étranger de l’œsophage et évacuer les gaz à l’aide d’une sonde spécifique. Lorsque le danger mortel est imminent, il ne reste toutefois plus d’autre solution que de percer le flanc de l’animal avec un trocart.

Météorisation spumeuse

Les météorisations spumeuses sont nettement plus fréquentes et sont nettement plus difficiles à traiter. Elles résultent de la combinaison d’une consommation importante d’hydrates de carbone rapidement fermentescibles, d’une teneur élevée de protéines solubles et d’un manque de cellulose. Dans la pratique, une part élevée de légumineuses dans les prairies, la pâture printanière et automnale ou la pâture après un gel au sol nocturne augmentent le risque de météorisation spumeuse. Etant incluses sous forme de petites bulles dans la masse digérée, les petites particules de gaz ne peuvent être évacuées ni à l’aide d’une sonde ni au moyen d’un trocart. Quand la météorisation est détectée assez tôt, on peut administrer à la vache un produit qui entrave la formation de mousse. Lorsque la météorisation a déjà atteint un stade avancé, l’intervention du vétérinaire est indispensable. Ce dernier réalise alors une incision dans la panse pour la vider. La mesure la plus efficace pour réduire le risque de météorisation spumeuse consiste à activer l’activité ruminatoire en distribuant du foin ou de l’ensilage de maïs riche en structure avant que les vaches ingèrent de l’herbe facilement digestible. En procédant ainsi, les animaux ont déjà partiellement couvert leur faim et seront dès lors moins avides au moment de sortir au pâturage. Il faut impérativement renoncer à la pâture juste après la formation de gels au sol et en tout cas réduire la part de fourrage riche en trèfle. Une autre solution consiste à distribuer au bétail des produits contribuant à réduire la formation de mousse, à titre prophylactique et dans les situations à risque. L’huile de foie de morue est un remède domestique naturel qui a un effet anti-mousse, même à faible dose. Outre son effet anti-météorisation, l’huile de foie de morue approvisionne les vaches en vitamines liposolubles A et D3 et est riche en acides gras oméga-3. 

AuteursJean-Baptiste Galliot, spécialiste Bétail laitier au service technique UFA; Esther Koller, trainee cadre chez fenaco-LANDI, 3360 Herzogenbuchsee

UFA-Rumilac : la bombe vitaminée naturelle qui protège contre la météorisation

Avec une part de 20 % d’huile de foie de morue, UFA-Rumilac aide à prévenir efficacement les météorisations spumeuses. Les autres atouts de l’huile de foie de morue sont ses teneurs élevées en vitamines liposolubles comme les vitamines A et D3 ainsi que les acides gras omé-ga-3. Cet aliment contribue ainsi de manière décisive à l’approvisionnement en vitamines et favorise l’état de santé du bétail. Les tanins et le fenouil qui entrent dans sa composition ont un impact favorable sur la mise en valeur des protéines ingérées et stimulent l’appétit.

Rumilac est un moyen simple et hygiénique de distribuer de l’huile de foie de morue. Pour prévenir le risque de météorisation spumeuse, il convient de donner 250 g d’UFA-Rumilac par vache et par jour.

UFA-Rumilac peut également être utilisé chez les chevaux et chez les porcs à titre de cure de vitalité naturelle et pour améliorer la fertilité.

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.