category icon

Production animale

Elevage de dindes et de cailles

En Suisse, les dindes d’engraissement et les cailles d’élevage sont des productions de niche. Les consommateurs apprécient cependant de plus en plus la viande de dinde et les œufs de caille. Mais quelles sont les particularités de ces branches de production et à quoi faut-il être attentif en élevant ces deux espèces avicoles ?

Lorsque les dindes ont accès au pâturage, la production de fumier en bâtiment est restreinte

Lorsque les dindes ont accès au pâturage, la production de fumier en bâtiment est restreinte.

(agrarfoto.com)

Publié le

Actualisé le

Chef du service technique, UFA AG

En Suisse, l’élevage de dindes et de cailles est assez peu répandu. Leur mode d’élevage et leur alimentation diffèrent nettement de ceux des poules « normales ».

Dindes d’engraissement

Après avoir été élevées dans leur exploitation de naissance pendant six semaines, les dindes arrivent sur l’exploitation d’engraissement. Selon le système pratiqué, elles y seront engraissées sur une période plus ou moins longue. Selon la durée de la phase d’engraissement, certains engraisseurs arrivent à deux à trois rotations par an, alors que d’autres optent pour une seule rotation, en été.

Composition corporelle

Le sexe des dindes a un impact décisif sur leur composition corporelle et leur accroissement journalier. Alors que le pic d’accroissement journalier maximal est atteint à l’âge de quatorze semaines chez les dindons, il est atteint dès l’âge de dix semaines chez les dindes femelles. Une fois le pic d’accroissement journalier atteint, la composition corporelle des dindes change. La formation de protéine diminue alors que celle de graisse augmente. En fin de phase d’engraissement, les dindes femelles risquent de devenir trop grasses, raison pour laquelle elles sont parfois abattues plus tôt.

Alimentation des dindes

Il vaut la peine d’adapter la ration des dindes pendant les diverses phases d’engraissement, d’une part parce que leurs besoins diffèrent en fonction de leur âge et, d’autre part, en raison des contraintes liées à la distribution des coccidiostatiques. UFA propose trois aliments pour couvrir les besoins sur l’ensemble de la phase d’engraissement. L’aliment de démarrage ( tableau 1 )est très riche en protéines et est bien adapté à la première phase d’engraissement. Pendant la seconde phase d’engraissement, on passe à l’aliment d’engraissement. UFA starter et l’aliment d’engraissement contiennent un coccidiostatique qui protège les dindes de la coccidiose. Dès l’âge de douze semaines, il faut utiliser l’aliment de finition, car cet aliment est moins riche en protéine brute et contient davantage d’énergie. Il convient par conséquent encore mieux aux besoins des dindes qui arrivent en fin d’engraissement. L’aliment de finition UFA ne contient pas de coccidiostatique, ce qui permet de respecter le délai d’attente entre le moment où le coccidiostatique est distribué et l’abattage.

Elevage des dindes

Lorsque les dindes ont accès au pâturage, la production de fumier au poulailler est très faible.

La zone thermiquement neutre des dindes se situe à environ 20° C à l’âge de six semaines et entre 10 et 16° C à l’âge de douze semaines. Plus le mode d’engraissement pratiqué est intensif et plus la température optimale se situe à un faible niveau. Des températures plus élevées peuvent générer un stress thermique, ce qui se traduit par une baisse de l’ingestion et par une chute de l’accroissement journalier. Il peut s’ensuivre une diminution de la part de viande de poitrine. En été, le stress lié à la chaleur favorise le cannibalisme. Par conséquent, il faut accorder beaucoup d’attention à la température et à l’aération de la halle. Pour éviter les problèmes de cannibalisme, il est par ailleurs important de mettre suffisamment de matériel d’occupation à la disposition des dindes.

Commercialisation

La viande de dinde est un plat typique de Noël. En Suisse, plus de 90 % des dindes sont engraissées pour un seul intégrateur. Le reste de la production est assuré par des petits élevages où les dindes sont écoulées en vente directe. La part d’au-to-approvisionnement indigène n’est que de 16 %. Pour la commercialisation de dindes entières on vise un poids de 8 à 10 kg.

Cailles

En Suisse, les cailles sont surtout élevées pour la production d’œufs. Les formes d’élevage diffèrent beaucoup et s’étendent des éleveurs amateurs détenant quelques animaux aux exploitations professionnelles et spécialisées élevant plusieurs milliers de cailles pour la ponte. Les personnes qui détiennent un cheptel supérieur à 50 cailles doivent suivre une formation spécifique indépendante de la profession. Le cours proposé à cet effet au Strickhof englobe 40 heures de cours ainsi qu’un stage pratique de trois mois.

Production d’œufs

Avant de commencer à pondre, les cailles de ponte sont tout d’abord élevées pendant environ six semaines. Ces petites volailles commencent ensuite à pondre et sont généralement gardées dans le cadre d’une rotation annuelle mais parfois aussi sur deux ans. La performance de ponte moyenne est de l’ordre de 80 à 90 %, avec de fortes variations selon les cheptels. Le pic de ponte est atteint deux à trois semaines après que la caille commence à pondre. Ensuite, la performance de ponte diminue progressivement.

alt_text

Les cailles sont des animaux très délicats. Il faut donc les alimenter en conséquence. 

(adobestock.com)

Elevage des cailles

Les cailles sont des oiseaux très sensibles. Outre la gestion de l’air et de la lumière, l’alimentation et l’apport en eau jouent un rôle primordial. Les cailles requièrent un bon suivi : ce sont des oiseaux sauvages qui doivent s’habituer à l’être humain. Il faudrait que la personne qui s’occupe des cailles passe un maximum de temps en leur compagnie.

On ne peut pas forcer les cailles à pondre dans leur nid. Elles préfèrent pondre sur la litière. Pour éviter que les œufs s’imprègnent de l’odeur du poulailler, la collecte doit se faire une fois par jour. En plus de cela, la litière doit être entretenue de manière à rester propre et sèche.

Alimentation des cailles

Au départ, les cailleteaux sont assez peu exigeants. L’aliment d’élevage ne doit pas être trop grossier et être exempt de coccidiostatiques, les cailleteaux y étant très sensibles.

Les cailles adultes sont très sensibles à l’alimentation qu’elles reçoivent. Il convient de distribuer un aliment complet ( tableau 2 ), les teneurs de ce dernier étant plus stables.

A l’instar des poules pondeuses, les cailles doivent disposer de possibilités d’occupation. Elles apprécient également de pouvoir prendre un bain dans de la terre ou de la litière sèche. Leur enclos devrait donc être recouvert de glumes, de copeaux ou de paille, sur la moitié de la surface. En raison des besoins plus élevés en certains nutriments, il est déconseillé de distribuer des aliments pour poules pondeuses aux cailles.

Commercialisation des cailles

Plusieurs grands commerçants d’œufs achètent des œufs de caille. Bon nombre d’éleveurs de cailles commercialisent cependant leurs œufs en vente directe. La demande est d’ailleurs excellente. Les œufs n’étant pas pondus dans les nids mais ramassés au sol, le ramassage des œufs requiert beaucoup de travail. Il est donc important de vendre les œufs de caille à un prix qui rémunère cette charge de travail importante. 

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici
Gâteau aux pommes de terre

 

Gâteau aux pommes de terre

Chutney de pommes

 

Chutney de pommes

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.