Production végétale

Préparer la prochaine récolte

L’hiver n’est pas encore terminé qu’il faut déjà penser aux prochaines récoltes de fourrage. Les silos et les granges à foin, en particulier, doivent être préparés en vue de la récolte à venir.

Il est impératif d’enlever les restes de fourrage et de nettoyer les parois du silo.

(Ueli Wyss)

Publié le

Agronom

Avant de récolter les nouveaux fourrages, il faut d’abord enlever les stocks restants et nettoyer les silos et les granges. Les fourrages restants, comme les ensilages par exemple, peuvent moisir sous l’influence de l’air et avoir alors un impact négatif sur la qualité de la prochaine récolte. Avant de rentrer du foin, il faut aussi contrôler si les ventilateurs fonctionnent correctement. Si nécessaire, il faut les faire réviser.

Silos

Les dépôts d’ensilage qui se sont formés sur les parois et les sols doivent être éliminés et les silos être nettoyés à fond. Il arrive parfois, surtout dans les silos en bois et en béton, que des résidus subsistent dans les fentes. Les silos peuvent être lavés au nettoyeur haute pression. Les travaux de nettoyage nécessaires s’avèrent parfois difficile à réaliser en raison de la hauteur des silos, qui atteignent jusqu’à 30 m de haut. Dans la plupart des exploitations, les surfaces des silos sont nettoyées au balai, à l’aide d’un échafaudage intérieur. Par ce procédé, la saleté est en fait surtout projetée en l’air et répartie à l’intérieur du silo. Les bactéries et les spores de moisissures contenues dans la poussière ont un impact négatif sur les voies respiratoires et la santé. On peut aussi nettoyer au balai les résidus de fourrage qui adhèrent aux parois du silo à chaque fois qu’on prélève l’ensilage. Effectuée à intervalles réguliers, la charge de travail n’est pas trop lourde. Des entreprises spécialisées sont par ailleurs à même de nettoyer les silos à l’aide de robots équipés de buses rotatives. Les couches de saleté sont éliminées sous la pression de l’eau. Les siphons doivent eux aussi être contrôlés. En effet, s’ils sont bouchés, les jus ne s’évacuent pas. Avant de remplir à nouveau les silos, il y a lieu de remplir les siphons avec de l’eau pour éviter que l’air ne pénètre depuis l’extérieur dans l’ensilage.

combined_5707251_2_5707252_1.jpg

Il convient de nettoyer les joints de caoutchouc recouvrant les portes des silos et de vérifier leur étanchéité.

(Ueli Wyss)

Silos tranchés

Avec les années, les silos tranchés en béton perdent de leur étanchéité, parce que les jus de fermentation attaquent le béton et que les couches de peintures recouvrant le silo n’offrent plus une protection suffisante. Le béton peut aussi être endommagé par les machines (tracteur utilisé pour le tassement ou engins de reprise). Les joints situés entre les plaques de béton peuvent perdre de leur étanchéité. Les agriculteurs doivent donc juger si leurs silos ont besoin d’être rénovés. Il faudrait alors vérifier si la statique des anciens silos et le ferraillage du béton est encore suffisant. Si la réponse est oui, on peut envisager de le recouvrir d’une nouvelle « couche intérieure ». Avant de réparer le silo, le fond et les parois devraient être nettoyés de façon approfondie, sans quoi les nouvelles peintures ne tiennent pas. Le fond peut être recouvert en plus d’une couche d’enrobé bitumeux qui fera office de couche de revêtement.

Silos tours en polyester

Avec le temps, il arrive aussi que les parois des silos tours en polyester perdent de leur étanchéité. Ils peuvent être assainis avec de nouvelles couches de peinture ou en recourant à des films plastique. Les joints en caoutchouc servant à étanchéifier les portes et les couvercles méritent un contrôle approfondi. Les joints abîmés doivent être remplacés.

5707215_image_2_37.jpg

Claies de séchoir après le nettoyage.

(Ueli Wyss)

Granges à foin

Les tas de foin doivent être évacués au printemps, les microorganismes indésirables ayant tendance à proliférer dans le vieux foin et la poussière de foin. Sinon, le nouveau foin risque d’être contaminé par ces microorganismes, ce qui entraîne l’apparition de moisissures. Dans les anciennes granges, la charpente située au-dessus du tas de foin est souvent recouverte de toiles d’araignées. La poussière et les toiles d’araignées représentent un risque majeur pour la propagation du feu. Dans le cadre de la prévention des incendies, il est donc très important de les éliminer régulièrement. Dans les granges équipées d’un séchoir à foin, les particules fines tombées sous les claies doivent être enlevées pour que la nouvelle récolte puisse être ventilée efficacement. Dans les séchoirs équipés d’un déshumidificateur, les surfaces du récupérateur doivent également être nettoyées régulièrement.

Séchoirs

Concernant les séchoirs, il est impératif de vérifier si les installations disponibles sont bien adaptées aux besoins de l’exploitation et aux quantités de fourrage récoltées, et si le foin peut être séché rapidement. Des panneaux photovoltaïques avec aspiration de l’air en toiture ou un déshumidificateur seraient-ils un avantage ? Au vu des prix du lait actuels, les coûts d’investissement qui s’ensuivent doivent faire l’objet d’une réflexion approfondie. 


Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Voyage de lecteurs en Sicile reporté à septembre 2021

11. - 18.09.2021

Voyage de lecteurs en Sicile reporté à septembre 2021

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.