category icon

Gestion

Plus la hauteur de coupe est basse, plus le rendement augmente – est-ce vraiment exact?

Si l'on laisse environ un tiers de la hauteur des plantes lors de la fauche, les rendements fourragers sont plus élevés.

6963921_image_0_68.jpg

Publié le

Actualisé le

Rédacteur Revue UFA

L’efficacité de la production laitière est étroitement liée à la production fourragère. Afin d’augmenter les rendements fourragers, les agriculteurs·trices règlent fréquemment les couteaux de leurs faucheuses le plus bas possible.

Ce qui paraît logique au premier abord aboutit toutefois exactement au résultat contraire, explique Hanspeter Hug, collaborateur du service technique Production fourragère au Strickhof à Lindau (ZH). L’expert en production herbagère motive cette affirmation par deux raisons : « En cas de faible hauteur de coupe, la pirouette, l’andaineur et le pick-up de l’autochargeuse ou de la presse doivent eux aussi être réglés plus bas. Il y a alors davantage de terre dans le fourrage, ce qui induit souvent des fermentations indésirables. Au final, l’ensilage inutilisable engendre bien souvent des pertes supérieures aux quantités d’herbe non récoltées suite à une hauteur de coupe plus élevée. »

« Alors que la perte de rendement est de l’ordre de 10 % au cours d’une année humide, les années sèches, les pertes atteignent parfois 30 %. »

Hanspeter Hug, Service technique Production fourragère, Strickhof

En effet, la production d’ensilage implique des heures de machine et de tracteur qui n’auront servi à rien dans le cas du fourrage inutilisable. De plus, la part lignifiée située à la base de la plante n’a qu’une faible valeur alimentaire. Un second motif évoqué par Hanspeter Hug est la croissance ralentie de la plupart des plantes fourragères. « Alors que la perte de rendement est de l’ordre de 10 % au cours d’une année humide, les années sèches, les pertes atteignent parfois 30 %. »

En revanche, en laissant sur pied environ un tiers de la hauteur de la plante lors de la fauche, les nœuds de végétation des graminées sont mieux protégés et les prairies ont moins tendance à brûler au soleil. Les agriculteurs·trices qui optent pour une hauteur de fauche variant entre cinq et sept centimètres réalisent généralement une coupe de plus par an tout en bénéficiant en fin d’année d’un fourrage de meilleure qualité pour affourager leurs vaches.

Articles les plus lues

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.