category icon

Production végétale

Prix à la hausse pour les céréales panifiables

Les conditions météorologiques inhabituelles du printemps 2016 ont réduit le rendement des céréales de l’ordre de 30%. La bonne situation de l’approvisionnement mondial a empêché une évolution positive des prix du marché mondial. Pourtant, les prix des décomptes finaux de fenaco sont supérieurs à ceux de l’année précédente.

Le temps pluvieux au moment de la floraison a réduit les rendements des céréales panifiables. 

Le temps pluvieux au moment de la floraison a réduit les rendements des céréales panifiables. 

Publié le

Actualisé le

fenaco Céréales, oléagineux et matières premières

Récolte 2016 des céréales panifiables et des oléagineux

La météo pluvieuse du printemps 2016 pendant et après la floraison des céréales, à laquelle est souvent venue s’ajouter la pression des maladies, a eu pour conséquences de faibles rendements et un très faible poids à l’hectolitre des céréales panifiables. En revanche, les taux protéiques ont été satisfaisants. La météo qui a prévalu durant la récolte a permis de limiter les pertes liées aux faibles temps de chute. Suite aux modestes récoltes indigènes et compte tenu des stocks de la récolte précédente, les contingents d’importation de céréales panifiables ont été augmentés de 30 000 t pour la campagne 2016/2017.

Nettoyage compliqué

Les poids à l’hectolitre extrêmement faibles constituent un défi important pour les centres collecteurs et les moulins. Il s’agit en effet de respecter les conditions de prise en charge, malgré les grains malformés. Les centres collecteurs doivent donc procéder à un important nettoyage du blé avant son déstockage et sont confrontés aux volumes de déchets correspondants. Il peut s’ensuivre des conséquences sur le poids nettoyé des céréales panifiables aptes à la mouture. Au sein de l’ensemble de la filière, le pourcentage de produits tels que les petits grains, les grains ratatinés, le son et la farine fourragère est supérieur à celui enregistré lors d’une «récolte normale».

Mise en valeur des sous-produits

La transformation des céréales et des oléagineux destinés à l’alimentation humaine génère chaque année des volumes considérables de sous-produits, dont la mise en valeur par le secteur des aliments composés bénéficie à toute la filière. Le pourcentage utilisable dans les aliments composés est toutefois limité par plusieurs facteurs. La vente de ces sous-produits se heurte par ailleurs à plusieurs limites. Il faut donc utiliser actuellement comme «soupape de secours» des canaux d’écoulement alternatifs générant des recettes fortement réduites.

Paiement final bio

Après déduction des coûts de commercialisation (TVA exclue), fenaco a payé les prix suivants pour les produits de la moisson bio 2016 aux centres collecteurs Maxi (qualité de base sans suppléments ni déductions pour 100 kg ; B = Bourgeon, BR = Bourgeon Reconversion):

Céréales panifiables bio: Blé B 107.50 francs (prix indicatif 106 francs), blé BR 93 francs*, seigle B 97.50 francs (prix indicatif 95 francs), épeautre B 116 francs (prix indicatif 114 francs).

Céréales fourragères bio B/BR et légumineuses à graines B/BR: prix indicatifs Bio Suisse en vigueur pour la récolte 2016

Oléagineux bio: colza B 205 francs, colza BR 145 francs*, tournesol LO B 144 francs*, tournesol HO B 149 francs*, graines de soja «Tofu» B 210 francs*, graines de soja «Tofu» BR 165 francs*

* Les prix pour les cultures obligatoirement sous contrat s’appliquent uniquement pour la marchandise sous contrat.

Volumes mondiaux élevés

En Europe, la récolte de blé a été inférieure d’environ 10% à celle de l’année précédente. Ce recul a été plus que compensé par des récoltes supérieures, en particulier dans la région de la mer Noire et en Amérique du Nord.

Le volume de la récolte mondiale permet une nouvelle consolidation des stocks. Ce bilan quantitatif, lié à un certain tassement de la demande, a une nouvelle fois fait baisser le cours du blé européen apte à la mouture. Les cotations à la bourse de Paris ont encore reculé de plus de 10 euros/t durant la période d’août 2016 à février 2017. Les prix du blé panifiable importé de haute qualité ont également baissé (voir graphique 1), malgré des taxes douanières maximales. Les prix indicatifs nationaux convenus par la branche ont soutenu les ventes. Grâce à un dialogue constructif avec ses partenaires, fenaco GOF est parvenu à réa liser des prix supérieurs à l’année précédente, malgré les difficultés liées à la qualité.

Prix finaux

Les prix finaux moyens payés par fenaco aux centres collecteurs Maxi, après déduction des frais de commercialisation se sont élevés, TVA exclue, à 52.25 francs pour la classe Top (50 francs l’année précédente), à 50 francs pour la classe 1 (ap 48 fr. 25), à 48.25 francs pour la classe 2 (ap 46 fr. 50), à 48.25 francs pour le blé à biscuits A et à 40 francs par 100 kg pour le seigle A apte à la mouture. Le graphique 2présente les prix finaux par classe en comparaison avec les années précédentes et les prix de stockage par 100 kg versés en moyenne aux centres collecteurs. En plus des prix finaux présentés plus haut, une indemnité de stockage moyenne de 1.88 fr./100 kg de blé panifiable et de 2.48 fr./100 kg de seigle panifiable a été versée aux centres collecteurs. Les décomptes individuels tiennent compte de la date du destockage, de la proximité des transformateurs, du paiement d’acomptes effectué et de la qualité effective livrée. Les centres collecteurs établissent quant à eux leurs décomptes finaux pour leurs producteurs en considérant leurs conditions spécifiques. Les prix effectivement payés peuvent donc varier.

Volumes de colza

Avec un volume d’environ 72 000 t, la récolte de colza 2016 a été légèrement inférieure aux attributions de la FSPC. Dans ce secteur, les intempéries ont aussi corrigé les rendements à la baisse, si bien que les rendements 2016 peuvent être qualifiés de moyens. Les excédents de colza seront totalement résorbés d’ici la récolte 2017 pour les variétés classiques et partiellement pour le colza HOLL. Par rapport à la même fenêtre de commercialisation de l’année précédente, la légère hausse des prix des huiles végétales de qualité conventionnelle importées et la vente de semences prélevées sur les volumes excédentaires ont eu un effet positif sur les prix de décompte. Les recettes tirées de la vente des tourteaux ont en revanche eu un effet neutre sur les prix.

Les prix finaux moyens payés par fenaco GOF aux centres collecteurs Maxi, après déduction des frais de commercialisation, sont les suivants: variétés classiques de colza 79 francs (2015: 75 fr.), colza HOLL 85 francs (2015: 85 fr.), tournesol classique 81 francs (2015: 79 fr.), tournesol HO 88 francs (2015: 88 fr.), et pour le soja 55 francs (2015: 55 fr.) par 100 kg (TVA exclue). En plus de ces prix de décompte, les centres collecteurs perçoivent des indemnités de stockage moyennes de 1.60 fr/100 kg pour le colza et de 2.99 fr./100 kg pour les tournesols. Le graphique 3indique les prix finaux de fenaco par rapport aux années précédentes.

AuteurJoseph von Rotz, Céréales, oléagineux, matières premières (GOF), 8401 Winterthour

Lors de sa traditionnelle séance d’information, qui aura lieu le 6 avril 2017 à Kirchberg (BE), fenaco GOF donnera aux centres collecteurs MAXI des informations sur la commercialisation au terme de la campagne en cours et sur les perspectives. Le prochain numéro de la Revue UFA vous fournira des informations plus détaillées sur ce rendez-vous de la branche céréalière.

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.