category icon

Gestion

« Un patron doit montrer à ses collaborateurs qu’il a de l’estime pour eux »

En se spécialisant, l’entreprise maraîchère des Müller a continuellement étoffé son équipe en personnel. Cette exploitation maraîchère s’est créé un solide réseau de collaborateurs, dont plusieurs travaillent depuis longtemps pour l’entreprise. Ce réseau et une bonne gestion du personnel ont permis à l’exploitation de se développer.

Le maraîcher Viktor Müller (à gauche) avec une partie de son équipe dynamique

Le maraîcher Viktor Müller (à gauche) avec une partie de son équipe dynamique.

(Eva Studinger)

Publié le

Actualisé le

Rédactrice, Revue UFA

C’est en forgeant que l’on devient forgeron » ! Pour que son exploitation maraîchère en soit là où elle en est aujourd’hui, Viktor Müller a aussi dû faire ses expériences dans le domaine de la gestion du personnel et étoffer constamment ses connaissances en la matière.

Le domaine maraîcher de Viktor Müller est situé à Schweissacker à Niederbuchsiten, dans le canton de Soleure. Ce maraîcher professionnel a repris le domaine en 2000 et s’est depuis entièrement spécialisé dans cette branche de production. L’exploitation s’est énormément développée au fil des ans. Pendant la haute saison, près de 35 personnes travaillent sur le domaine. Les 55 ha de surface agricole utile sont principalement affectés à la culture des salades. Plusieurs variétés de légumes sont néanmoins aussi cultivées. Des cornichons, de la laitue et de la mâche sont ainsi produits dans la serre de 1,1 ha. Dix collaborateurs sont engagés à l’année sur le domaine. Outre Paul Müller ( le frère de Viktor ) et Marlis Müller ( l’épouse de Victor ), l’équipe de dix collaborateurs se compose d’un mécanicien, d’un chauffeur, de quatre employés portugais et de deux salariés roumains. De février à mai, le domaine engage des employés de courte durée provenant majoritairement d’Europe de l’Est et restant en général jusqu’à la fin novembre sur le domaine.

Se créer un réseau

Lorsque Viktor Müller a repris le domaine de son père, en 2000, l’exploitation ne comptait que deux salariés. Avec la spécialisation dans le maraîchage et l’agrandissement de l’exploitation, les besoins en main-d’œuvre ont régulièrement augmenté.

Au départ, deux stagiaires ont été engagés via Agro-Impuls. Depuis, les Müller ont développé leur propre réseau. « En fait, nos collaborateurs reviennent souvent l’année suivante. Quand ce n’est pas le cas, ils nous recommandent à des personnes de leur parenté ou de leur entourage », explique Marlis Müller, qui se charge du personnel et de l’administration depuis que son mari a repris le domaine.

Actuellement, les Müller n’ont pratiquement plus besoin de rechercher des collaborateurs : grâce au réseau dont ils disposent, cela « se fait presque tout seul ». A ce sujet, force est de constater qu’être recommandé par ses collaborateurs constitue un grand avantage pour les deux parties. « Les collaborateurs qui travaillent pour nous depuis de longues années recommandent des personnes qui ont le bon profil. Nous constatons que les nouveaux collaborateurs savent généralement à l’avance quels sont les horaires de travail, les salaires et les conditions d’assurance», précise Viktor Müller. Mais pour que les conditions d’engagement soient parfaitement claires, tout est consigné par écrit dans un contrat de travail.

Les services de vulgarisation estiment eux aussi qu’il est important de définir des règles claires. Outre divers aspects comme le contrat de travail et les assurances, les dispositions concernant le domaine d’activité doivent être définies précisément dès le départ. « Lorsqu’un employé a affaire à plusieurs supérieurs, il est d’autant plus important qu’il sache où s’annoncer en cas de question ou de problème. »

alt_text

Viktor Müller dans sa serre à Niederbuchsiten : « Il est primordial d’expliquer à ses collaborateurs pourquoi ils doivent effectuer les mesures que l’on attend d’eux. »

(Eva Studinger)

Conduite des collaborateurs

Viktor Müller veille à ce que ses collaborateurs soient bien informés sur le travail à effectuer et sur la manière de le réaliser. Avec les employés étrangers qui ne parlent pas la langue, la compréhension mutuelle est bien entendu plus difficile. Il est d’autant plus important que les tâches soient clairement définies. « Un bon chef doit aussi savoir dire quand quelque chose n’est pas bien fait et corriger les erreurs de ses collaborateurs. Il doit par contre aussi les féliciter et leur manifester de l’estime », explique Viktor Müller.

C’est aussi ce qu’affirme Martin Jutzeler, vulgarisateur : « Souvent il est plus facile d’émettre des reproches que des félicitations. Pourtant, féliciter les collaborateurs au bon moment contribue à établir un climat de travail positif. Les critiques devraient être émises de manière à ce que la personne concernée puisse en tirer profit », explique Viktor Müller.

Il souligne qu’il est primordial de pouvoir s’appuyer sur des collaborateurs qui ont de l’expérience et qui travaillent depuis longtemps sur le domaine. Engager chaque année de nouveaux collaborateurs complique énormément la formation et la répartition du travail.

Sécurité et hygiène

La sécurité au travail est un thème important et auquel les Müller sont toujours attentifs. Une formation sur la sécurité au travail est dispensée chaque année à l’aide de la solution de branche agriTOP. Viktor Müller souhaite que la formation soit le plus proche possible de la pratique, pour que les explications soient compréhensibles et logiques. Les collaborateurs doivent signer un document attestant qu’ils ont suivi la formation concernant la sécurité. Il en va de même pour les mesures d’hygiène qui deviennent toujours plus nombreuses et plus strictes. « A ce sujet, il est très important d’expliquer aux collaborateurs comment ils peuvent contribuer à ce que ces mesures soient respectées », affirme Viktor Müller.

Dans le cadre de son expérience de vulgarisateur, Martin Jutzeler s’est aussi aperçu que les employés doivent être informés des conséquences de certaines mesures sur la qualité des produits et comprendre ainsi pourquoi il est si important de les respecter. « Lorsqu’un chef gère un secteur et qu’il souhaite que les collaborateurs concernés respectent strictement un schéma précis, il faut qu’il soit parfaitement clair à ce sujet. »

Logement pour tous

Loger 35 collaboratrices et collaborateurs sous un même toit représente un énorme défi. La famille Müller met à disposition une habitation de plusieurs chambres sur le domaine et loue une autre maison dans le village voisin pour y loger plusieurs employés. Avec 35 employés, il arrive bien entendu que des fêtes soient organisées de temps à autres, ce qui occasionne parfois du bruit pour le voisinage.

Une source d’expériences

Marlis et Viktor Müller sont très satisfaits des collaborateurs qui travaillent actuellement pour eux. Il leur est néanmoins aussi arrivé de faire des expériences désagréables, comme par exemple lorsque des employés ne sont plus venus travailler du jour au lendemain sans les en avoir informés au préalable.

Tous les collaborateurs bénéficient d’un contrat écrit auquel ils se tiennent généralement. Lorsqu’un autre employeur leur offre de meilleures conditions de travail et un salaire supérieur, il arrive que certaines personnes ne respectent pas le délai de résiliation légal. Les Müller ont parfois également dû résilier un contrat pendant la période d’essai, les prestations de travail étant insuffisantes. « Une personne qui n’effectue pas le travail que l’on attend d’elle peut avoir un impact négatif sur la dynamique de groupe. Le reste de l’équipe s’aperçoit en effet tout de suite que quelqu’un ne travaille pas correctement », constate Viktor Müller. La mécanisation accrue fait apparaître encore plus clairement l’écart entre les collaborateurs, précise-t-il. Souvent, cela ne pose d’ailleurs pas de problème, la personne concernée étant rendue attentive à son comportement et le travail étant ensuite effectué correctement. « Nous avons beaucoup appris et nous sommes devenus beaucoup plus prudents lorsque nous engageons du personnel », conclut Marlis Müller. Selon elle, la plupart des personnes engagées sont reconnaissantes, travaillent volontiers et font de leur mieux.

« Quand on travaille avec du personnel, qu’il s’agisse d’une seule personne ou d’une grande équipe, il est essentiel d’apprécier les relations humaines », affirme Martin Jutzeler. Viktor Müller partage cet avis : « Quand on opte pour une branche d’exploitation où l’on a besoin de collaborateurs, il faut avoir du plaisir à travailler avec du personnel et être doué pour cela. »

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.